Codéveloppement philosophique en ligne

10 mai 2017 par jerome lecoq

Tous les lundis soir pendant 10 semaines c'est : entrainement à la pensée, en ligne et en groupe avec le "codéveloppement philosophique".

Une formation originale

Je lance une formation en ligne originale, entre le coaching, la formation et la philosophie, le codéveloppement philosophique.

 C'est un programme court et intensif de 10 séances de "pratique philosophique" en petits-groupe qui permet de développer les compétences et attitudes de la pensée, en ligne.

Le programme débute le lundi 15 mai 2017 jusqu'au 17 juillet 2017. Les séances se dérouleront chaque lundi soir de 19h30 à 21h30 pendant 10 semaines. Vous aurez la possibilité de déplacer deux séances si vous avez des problèmes d'agenda. Si donc vous êtes constant(e) vous disposerez en fait de 12 séances.

Le tarif est fixé à 190 EUR en tout pour les 10 séances (ou 12).

Nous utiliserons la plateforme Zoom qui est simple et performante et permet d'avoir une bonne interactivité, ainsi qu'un Google doc partagé en temps réel pour l'écrit. (la photo est issue d'une véritable séance).

Nous travaillerons ensemble les compétences de la pensée qui permettent d'être plus objectif, plus serein, plus lucide et plus ouvert dans notre vie quotidienne. Ce travail sera en particulier utile aux professionnels de la relation humaine aux parents qui souhaitent avoir une relation plus profonde avec leurs enfants et à tous ceux qui veulent développer leur aptitude à mieux conduire leur pensée.

 Les attitudes permettent d'avancer plus confiant dans la réalité, plus serein face aux ruptures de notre monde et avec un esprit qui favorise l'étonnement et la réflexion plutôt que la réaction, la défense et le repli sur soi.

 

Cette pratique est principalement issue de Socrate mais incorpore également les enseignement méthodologiques de plus de 2500 ans d'histoire de la philosophie (pour les détails des compétences je vous renvoie à mon ouvrage "La pratique philosophique" (Eyrolles, 2014).

 Le but est de vous accompagner dans le développement des compétences suivantes (voir détail en fin de document) en pratiquant des exercices :

 

  • Souplesse intellectuelle et comportementale : pour être agile et s'adapter
  • Logique et force de l'argumentation : pour avoir un discours plus objectif
  • Sens critique et discernement : pour identifier les problèmes et y répondre
  • Analyse : pour séparer les problèmes
  • Synthèse : pour communiquer clairement et aller à l'essentiel
  • Ecoute : pour comprendre autrui
  • Questionnement : pour enquêter sur soi, autrui et le monde
  • Conceptualisation : pour prendre de la hauteur face à la complexité du réel

.....et l'adoption de nouvelles attitudes :

  • Confiance en soi et en autrui : pour faciliter l'initiative et l'engagement
  • Présence : pour mieux percevoir son environnement et autrui
  • Authenticité : pour des relations plus humaines et plus transparentes
  • Suspension du jugement : pour réfléchir face à une crise avant d'agir
  • Responsabilité : pour assumer sa liberté
  • Confrontation positive : pour construire et approfondir de nouvelles idées

Pour ceux qui veulent en savoir plus avant de participer

Si vous voulez comprendre plus précisément en quoi consiste cette pratique vous pouvez prendre rendez-vous avec moi pour une séance de travail individuel, la première demie-heure étant gratuite, qui vous permettra de voir très rapidement l'essence de cette pratique.

J'ai aussi à disposition des videos que je peux vous envoyer.

Vous pouvez également me passer un coup de fil pour que nous ayons une discussion préalable.

Comment peut-on développer des compétences individuelles en groupe ?

La pratique philosophique a plusieurs caractéristiques originales :

elle se prête très bien au travail de groupe car les autres deviennent nos "sparing partners" comme dans un art martial où chacun peut s'entraîner avec son voisin et changer de partenaire à loisir. Ce qui n'empêche pas que chacun travaille individuellement ses compétences sous la guidance du philosophe-praticien.

elle ne s'intéresse pas à l'intimité ce qui fait qu'il n'y a pas de gêne à exprimer ou reconnaître ses problèmes face à la pensée, d'autant plus que nous sommes tous logés à la même enseigne.

Les problèmes dont traite la pratique philo sont universels :  manque de confiance, impression d'être nul(le) ou pas à la hauteur, d'être un imposteur, parole compulsive, confusion permanente, incapacité à construire un argument ou à clairement exprimer sa pensée, peur du jugement...

le groupe sert de "caisse de résonance" ou de chœur comme dans la tragédie grecque, d'interlocuteur à part entière du dialogue. Ainsi le groupe à la fois contient tous les individus et parle à chaque individu.

Le cadre pédagogique : les 10 accords du "Pacte Socratique"

 

1 - La raison est notre cadre, elle doit guider nos pensées et notre dialogue. La raison est une passion exigeante, libre et joyeuse, sans bornes et provocante, toujours à la recherche de la vérité.

2 - Vous répondrez directement à la question mais seulement à la question, à toute la question, en l'acceptant telle qu'elle est, sans essayer de la modifier, de la diluer ou de la dévier, dans la mesure où c'est une vraie question à laquelle on peut répondre. La question est une invitation au dialogue et un défi offert par votre interlocuteur: s'il vous la pose, c'est qu'il s'intéresse à vous et à votre façon de penser. De la même manière, vous questionnerez aussi les autres, même si c'est difficile.

3 - Vous ferez confiance à votre interlocuteur, sans crainte d'un quelconque plan machiavélique, car vous n'avez rien à perdre. Nous sommes ensemble pour nous exercer à la pensée, confronter les perspectives : pas pour vous piéger, vous convaincre ou vous dominer.

4 - Le bon sens sera notre arbitre. Vous pouvez aller contre lui en conscience et en raison, mais vous ne pouvez pas l'ignorer en imposant l'évidence de votre propre subjectivité.

5 - Vous n'aurez pas peur des jugements qui seront faits sur vous, ou de ceux que vous ferez sur les autres, car le jugement est un outil crucial de la raison, que vous devez assumer et pratiquer. Rappelez-vous que les jugements dépendent des arguments qui les fondent.

6 - "Connais-toi toi-même". Vous accepterez les questions qui vous mettent à l'épreuve, même si le sujet initial ne vous concerne pas directement et si c'est inconfortable. Un discours est incarné dans celui qui le porte, et vous devrez rendre compte de vous-même ainsi que de votre discours.

7 - Vous ne nierez pas ce que vous avez dit : ce qui est dit est dit. Vous vous révélez davantage par ce que vous dites que par ce que vous voulez dire ou ce que vous auriez voulu dire. Accepter notre propre parole c'est accepter la finitude et la détermination de notre être.

8 - Vous ne chercherez pas à être dans votre bon droit, à imposer votre opinion ou à vous défendre : personne n'est là pour vous attaquer. Le dialogue est une réflexion mutuelle où chacun se révèle et se développe, pas une compétition.

9 - Vous ne vous excuserez pas pour ce que vous avez dit ni ne le regretterez. Tout ce que vous dites a un sens et exprime votre être, aussi ténu ou puissant, aussi faillible ou accompli soit votre discours. Il s'agit simplement de voir ce qui est, de le comprendre et d'en être conscient autant que faire se peut.

10 - Vous mettrez temporairement de côté votre sincérité, afin de prendre la distance avec vous-même et d'être plus authentique. Vous ne serez pas attaché(e) à vos opinions. Vous ne mettrez pas vos émotions en avant comme argument. Vous soumettrez votre être à la critique, en cherchant ses limites et ses défauts.

 

Les 15 enseignements de la Pratique Philosophique

 

1 - Concentration. Fixer l’attention sur une idée ou un processus mental, faire taire les pensées qui se bousculent en nous, tranquilliser les affects qui nous inhibent, afin de libérer l’esprit et lui permettre d’opérer.

2 - Hypothétiser. A partir de diverses intuitions, formuler des propositions claires, allant directement à l’essentiel, porter jusqu’au bout chaque idée afin d’en apprécier les conséquences, sans se soucier d’une quelconque certitude ou incertitude, afin d’élaborer la pensée.

3 - Argumenter. Rechercher et identifier les raisons qui motivent une idée, non pas pour convaincre quiconque, mais pour approfondir et clarifier notre pensée, et savoir évaluer la valeur d’un argument.

4 – Ecouter. Entendre autrui et soi-même, rester disponible, suspendre son jugement, se concentrer sur ce qui est dit, sans présupposer d’une intention ou d’un vouloir dire, sans prendre parti sur le contenu, afin de saisir le sens d’une parole en ce qu’elle a de plus objectif.

5 - Dialoguer. Comparer les perspectives, saisir les enjeux d’une différence, questionner et répondre, âprement et cordialement, sereinement, sans chercher à avoir raison, en laissant la pensée respirer.

6 - Questionner. Interroger une parole, son contenu et ses présupposés, afin de creuser son contenu et de la travailler, sans s’accorder un savoir a priori, en étant curieux et attentif à autrui.  

7 - Critiquer. Emettre des jugements sur la valeur et la nature des idées, des choses et des êtres, justifier ces jugements, en évaluer le fondement.  

8 – Analyser. Examiner rigoureusement et en détail une idée, une chose ou un phénomène, le décomposer, pour en saisir les éléments constituants, la structure et la dynamique.

9 – Synthétiser.  Combiner un ensemble d’idées ou réduire un discours en une proposition simple, établissant le lien commun ou la substance d’une pluralité.

10 – Exemplifier. Réduire un schéma général et abstrait à un objet spécifique et concret,  choisir  un élément unique d’une multiplicité, afin de préciser un contenu et pouvoir le travailler.

11 - Interpréter. Donner sens à ce qui est dit, envisager la polysémie du contenu et des formulations, identifier une matrice de pensée, une subjectivité ou des présupposés, se risquer à une explication personnelle, afin de s’approprier les enjeux d’un discours ou d’un phénomène.

12 - Problématiser. Produire ou accueillir des questions ou des objections afin de travailler les points aveugles et les contradictions d’un discours, afin de saisir les limites et les failles qui le constituent nécessairement.

13 - Conceptualiser. Chercher le terme précis, l’identifier, le définir, l’utiliser, afin d’élaborer au mieux la pensée, en acceptant qu’un mot n’est jamais qu’une approximation du réel ou de la vérité.

14 - Intelligence émotionnelle. Identifier les émotions en autrui et en soi-même, les nommer, en comprendre les causes, afin de prendre conscience de ces émotions, de les comprendre, de s’en distancier et de les travailler.

15 - Sens commun. Examiner une proposition ou une attitude en fonction de ce qui serait perçu comme logique, évident ou connu par tout un chacun, afin d’en évaluer le contenu, la pertinence et l’authenticité, sans pour autant accorder une valeur absolue à ce sens commun.