Jalousie sur la taille des chambres dans un séminaire de team building

17 juillet 2014 par jerome lecoq

A partir d’un haïku écrit par Igor Quézel-Perron*, chasseur de têtes et poète à ses heures,  je propose une interprétation libre et identifie des problèmes philosophiques liés à la situation qu’il décrit. Puis j’invite le lecteur à donner sa propre interprétation du ou des problèmes évoqués.

 

Jalousie
Sur la taille des chambres
Séminaire de team building

 

Quel sentiment étrange et désagréable que celui qui nous étreint quand nous convoitons le bien ou le statut de notre voisin ou collègue. Il ne nous a rien fait pourtant ce collègue, rien si ce n’est avoir ce que nous voulions pour nous. « Pourquoi lui et pas moi ? » est le refrain de la jalousie. Il doit bien y avoir une raison s’il a une plus grande chambre que moi et j’y vois le signe d’intentions qui jouent contre moi. Le monde complote pour me mettre des bâtons dans les roues. Jalousie et paranoïa sont cousines. Si j’ai une plus petite chambre que lui c’est que la direction veut me montrer que je suis moins important, que ma valeur est moins reconnue, que l’autre est meilleur alors que nous avons les mêmes résultats mais qu’il doit savoir y faire en relations humaines au contraire de moi. Je la veux cette grande chambre parce que je veux que l’on fasse attention à moi, que l’on me reconnaisse à ma juste valeur qui est au moins égale à celle des autres. La jalousie sélectionne le réel pour se renforcer. Telle le trou noir qui avale la matière pour en faire de l’antimatière, elle se nourrit des différences pour en faire des injustices. Il y a quelque chose de fou à déplorer qu’un collègue ait quelque chose que nous n’avons pas sans même savoir si nous désirons vraiment cette chose. Maladie de la comparaison qui n’est pas raison. Pourquoi se comparer systématiquement ? Y a-t-il une loi implicite selon laquelle celui qui a la plus grande chambre est le plus méritant ? Et n’y a-t-il pas motif plus futile que de comparer sa valeur à la taille d’une chambre ? Car la jalousie profite de la moindre aspérité, du moindre facteur différenciant entre moi et les autres pour en faire un motif d’insatisfaction et de désir.

La jalousie est un sentiment fréquent dans les groupes, à commencer par les familles où les enfants se disputent l’attention des parents. Et les enfants vivent à travers le regard de leurs parents. On n’attend pas cela d’adultes accomplis sauf s’ils sont complices d’un système qui les infantilise. Si la jalousie apparaît pour des questions de statut, d’image c’est que l’organisation a fait de ces statuts quelque chose d’enviable. C’est une organisation qui valorise les signes extérieurs de reconnaissance comme par exemple les places de parking attribuées aux directeurs. C’est une organisation qui distribue des privilèges selon les critères qu’elle s’est choisie explicitement ou non. C’est une organisation qui ne sait pas reconnaitre à chacun sa place selon ses talents et qui provoque défiance et jalousie chez ses employés. Car celui qui est sûr de son talent ne s’occupe pas des signes extérieurs de reconnaissance.

L’entreprise organise des séminaires de team building pour développer l’esprit d’équipe. Or la jalousie mine l’esprit d’équipe puisque chacun veut tirer la couverture à soi au lieu de tirer dans le même sens. Par ailleurs la jalousie entraine des comportements cachés et duplices qui sapent l’entraide et l’efficacité collective : les jaloux s’unissent contre les jalousés et des baronnies internes se créent. Comment créer un esprit d’équipe quand les membres se jalousent ? Regardez le rugby : l’ailier est-il jaloux du demi de mêlée ? Non car chacun a son rôle bien défini et les talents qui lui permettent de bien le remplir. L’un court vite et a des yeux partout, l’autre est puissant et aime aller au contact. Quand l’équipe gagne c’est ensemble. Celui qui jalouse son collègue ferait mieux d’utiliser son énergie à réfléchir sur ce qui fait sa différence et comment au mieux l’utiliser.

 

Questions

- l’entreprise infantilise-t-elle les employés ?

- comment lutter contre les jalousies dans une équipe ?

- et-on tous jaloux de quelqu’un ?

 

Exercice

Quelle interprétation donnez-vous à ce haiku ? Ecrivez un texte de 10 lignes pour décrire le ou les problèmes qu’il vous évoque. 

* Retrouvez tous les haiküs d'Igor sur le site de "Les Echos" en cliquant sur ce lien : Instantanés de la vie de bureau

Dans: Aphorismes 

Commentaire de Laurence Bouchet

8 septembre 2014 à 09:45 AM

excellent ton texte et je ne suis même pas jalouse! On pourrait maintenant imaginer des exercices pratiques pour se défaire de la jalousie qui est une passion triste. Par exemple, être attentif au moment où nous laressentons. Nous demander qu'est-ce qui nous rend jaloux? Quelle forme de dépendance cela révèle-t-il chez nous? (la jalouse implique toujours une forme de dépendance, par exemple l'employé dépendant du regard du patron).