La vérité est ce que l'on attend

5 février 2019 par jerome lecoq

 

Vérité

Bien souvent la vérité, c'est ce que l'on attend. On considère vrai ce qui est conforme à nos schémas établis. Ainsi, tout ce qui serait surprenant ou inattendu serait faux. Nous appelons cela incohérence. Mais ce n'est qu'un désir de confort et de protection. (O. Brenifier)

Nous sommes des êtres de désir : même quand nous prétendons écouter sans juger, nous ne faisons que vouloir que ce que nous entendons confirme ce que nous en pensons déjà. Nous sommes des être qui jugeons constamment a priori, n’en déplaise à tous les bien-pensants qui prêchent le “il ne faut pas juger”.

Sachant cela il est important que notre jugement a posteriori puisse contrebalancer le premier afin d’aboutir à un jugement réfléchi a minima.

Nous disons de quelque chose qu'il n'est pas cohérent quand cela ne colle pas avec ce que nous en attendions. Le problème est que la plupart du temps nous ne sommes même pas conscients de ce que nous attendons tellement cela est ancré en nous. Ce qui est vrai est ce qui vient confirmer ces ancrages, ce qui est conforme à ce que nous attendons et toute surprise est en fait un jugement qui dit "c'est faux". Pas plus qu’ailleurs nous n’aimons les surprises en matière de jugements.

Or Il est très difficile de prétendre ne rien attendre puisqu’il faut se placer dans une espèce de vide du jugement, de suspension, d’epoche comme l’appelaient les Grecs, d’autant plus que certains sollicitent notre jugement, ils veulent savoir ce que nous en pensons pour s’autoriser eux-mêmes à penser.

Pourtant les prétendus esprits ouverts diront qu'ils aiment être surpris, qu'ils apprécient qu'on puisse "penser différemment". Mais si on y regarde d'un peu plus près, on voit que la surprise ne nous est pas plaisante car nous ne savons pas comme la catégoriser, nous ne savons pas la ramener vers du connu, que ce connu soit apprécié ou repoussé. Il ne tient qu'à nous pourtant de voir de la cohérence là où nous n'en voyons pas mais cela nécessite un effort de notre part, il n'y a rien de naturel à cela, c'est même tout le contraire.

Face à la surprise il nous faut construire du sens ce qui implique s'intéresser, questionner, écouter, comparer, relier alors même que nous ne savons pas si ce que nous trouverons au bout du compte nous plaira ou pas. Il faut donc montrer une certaine générosité, une confiance envers la possibilité de donner du sens aux choses. C'est pour cette raison qu'avant de nous demander si nous sommes d'accord il faut se demander si "cela a du sens" car nous ne sommes pas les seuls en jeu dans cette histoire : il y a aussi ceux qui ne pensent pas comme nous. Avant de leur dire que nous ne sommes pas d’accord, accordons-leur le bénéfice du sens.