Le mystique "New Age"

20 septembre 2017 par jerome lecoq

Il a déjà atteint l'au-delà, il a touché l'absolu. Et il n'y est pas parvenu par l'effort de la pensée ou le travail sur soi mais en lisant ses gourous préférés. Pour lui la logique n'est pas nécessaire, il est au-delà du mental, là où d'ailleurs le mental ne peut pas aller. Il aime la pureté, est probablement vegan, ne circule qu'à vélo et fait régulièrement des treks au Népal. Le dalaï-lama est évidemment son héros, peu lui importent les banalités que ce saint homme donne en pâture à l'Occident fasciné par son crâne chauve et sa toge pourpre. Il a tout de l'image du Sage et cela lui plaît.

 

Quand vous lui parlez la logique arrive rapidement en butée et il vous perd avec des termes comme Ying et Yang, éveil, au-delà, potentiel illimité, méditation transcendantale...Il parcourt tous les salons du bien-être et pratique la méditation quotidiennement. Ce n'est pas une mauvaise chose d'ailleurs car c'est un grand nerveux qui a toujours été "en recherche de sens", cela au moins tempère provisoirement son fonds agressif.

Il a eu des épisodes dépressifs dans le passé et traîne avec lui son désespoir malgré les larges couches de pensée positive et compassionnelle dont il recouvre ses paroles. Au fond de lui il est désespéré et ne sait plus à quel saint se vouer. Il pourrait être tout à fait inoffensif et sympathique s'il n'était pas condescendant voire méprisant pour ceux qui n'ont pas compris sa "philosophie", ceux qui n'ont pas été touchés par le doigt de l'au-delà, qui n'ont pas vu plus loin que leur pauvre petite raison avec sa logique bien impuissante à procurer du sens à la vie.

Pour lui tout est dans tout et la contradiction n'existe pas : ce ne sont que des possibilités qui vont dans des sens différents, et il adore la multiplicité éclatée, cela lui donne l'impression que son être se fond avec l'univers et qu'il peut tout. Pour lui le Bouddhisme est un must, même si c'est devenu trop "mainstream", pas assez ésotérique, trop galvaudé : alors il va chercher des maîtres plus mystiques, moins accessibles au vulgaire. Il se choisit un maître avec un nom bien imprononçable pour un occidental et une histoire qui tient déjà de la légende. Il a découvert des vérités que le commun des mortels est bien incapable de voir, lui qui n'est pas initié. Pourtant il n'a pas fait d'expérience particulière, n'a pas eu de révélation pascalienne : il a juste rencontré la personne qui lui a dit les bons mots au bon moment, qui lui a recommandé le livre qui lui a ouvert la voie : en fait cette voie était déjà en lui.

Evidemment la pensée n'est pas sa tasse de thé puisque penser c'est d'abord limiter, distinguer, différencier, opter pour le "travail du négatif" comme nous le propose Hegel dans la dialectique.

Pour lui l'être humain, ou plutôt l'humain, comme il l'aime à l'appeler, est toujours en potentiel inexploité. Il s'émerveille de toutes ces potentialités qui font de l'homme un être en devenir, jamais achevé, jamais limité, comme si l’adulte était à jamais un nouveau-né, un champ en jachère.

Evidemment la pensée n'est pas sa tasse de thé puisque penser c'est d'abord limiter, distinguer, différencier, opter pour le "travail du négatif" comme nous le propose Hegel dans la dialectique. C'est un fan de sciences ou plutôt des résultats vulgarisés de la science : il se gargarise de physique quantique, de transhumanisme, de post-darwinisme et autres “near death experiences”. Mais de la rigueur et de l'abnégation de la méthode scientifique il ne veut pas. Au contraire son aune universelle est sa propre subjectivité, son sentiment, sa sensibilité et son intuition. C'est bon pour lui quand il "le sent" comme cela, il sait intuitivement ce qui est bon pour lui et ce qui n'est pas bon : ne lui demandez pas d'accéder au sens commun, c'est trop vulgaire. Malgré ses affinités bouddhistes, c’est un individualiste forcené.

Il tente de développer le pouvoir de son intuition en s'appuyant sur des techniques plus ou moins ésotériques et ne veut pas rentrer dans l'âpreté du concept. L'idée kantienne selon laquelle une intuition sans concept est vide lui est étrangère. D'ailleurs pour lui "concept" est pris dans son sens péjoratif, c'est-à-dire d'idée creuse comme la publicité sait en créer à foison dans l'unique but de vendre des produits. Il regarde avec avidité les articles sur le transhumanisme et la possibilité pour les hommes d'être "augmentés" par la technologie pour enfin s'affranchir de ces frontières décidément embarrassantes : mort, espace, capacités cognitives. Pour lui l'au-delà est toujours déjà-là mais nous ne le voyons pas, nous, trop coincés dans nos paradigmes d'un autre temps et handicapés par notre rationalité terre-à-terre. Il voit des champs de force et d'énergie qui traversent les être humains et travaille à ouvrir ses chakras afin de s'éveiller à une dimension autre, supérieure, spirituelle.

Il a pu avoir des expériences mystiques lors de périodes de méditation ou de marches dans la nature : il est connecté à la Terre dans son ensemble et attend le jour où on découvrira enfin que les extraterrestres existent.  Beaucoup le trouvent "perché" mais lui n'en a cure : il sait que son sentiment ne le trahit pas et que le jour viendra où les faits lui donneront raison. Dès que quelque chose lui déplaît il le fuit sans même chercher à comprendre. Il voit des connexions étranges entre des phénomènes qui n'ont apparemment aucun lien entre eux pense que la Terre est une entité vivante avec une conscience pour elle.

Il est assez seul car il ne trouve pas beaucoup de monde pour partager ses idées pour le moins iconoclastes et il peut faire peur à son entourage pour sa fragilité et sa propension à se faire facilement endoctriner. Il expérimente plein de formations et de méthodes pour développer son "vrai potentiel et retrouver son "moi profond", celui avec lequel il se "sentirait en accord.

Se voir tel qu'il est est trop douloureux, son désespoir est trop profond et il menace de l'engloutir

Se voir tel qu'il est est trop douloureux, son désespoir est trop profond et il menace de l'engloutir. Se penser lui est insupportable alors il a développé cet édifice branlant qui lui fait office de béquille intellectuelle et il y a recours dès que le tranchant de la pensée vient à s'approcher trop de lui. Il vous regarde de haut dès que vous l'invitez à raisonner. Il a compris, lui.

Cet article vous a plu ou interpellé(e) ? Alors posez des questions, faites des objections ou partagez.

Je suis philosophe-praticien et pratique la consultation philosophique. C'est un travail rigoureux qui permet de travailler et d'améliorer des capacités et compétences cognitives tout en faisant émerger la manière dont vous pensez et vous reliez à autrui et au monde. Si cette pratique vous intrigue je vous invite à me solliciter pour une consultation en guise de découverte.

Cette consultation peut se faire soit à mon cabinet à Paris soit à distance via la plateforme Zoom. Comme c'est un travail qui dure une heure et demie complète et qui nécessite une préparation de ma part cette consultation est payante. Si le travail vous intéresse il y a possibilité de le poursuivre en individuel ou en collectif pour un nombre déterminé de séances.

 

Connaissez-vous le coaching philosophique ?

Connaissez-vous le co-développement philosophique ?