Les consolations de l'existence : 14 - Le rire - Rigoletto

20 décembre 2017 par jerome lecoq

 

(Traduction de l’anglais Marie Vilain)

Par Oscar Brenifier

L’être humain souffre. De ses limites, de sa finitude, de la distance entre son être et ses aspirations, de la fracture de son être, éclaté entre diverses aspirations ou pulsions, de la tension entre son individualité et son entourage. Pour compenser, pour traiter sa douleur à défaut de la guérir, nous nous inventons des consolations, diverses manières d’exister qui nous permettent de survivre existentiellement. Certes, on peut aussi nommer cela « projet de vie » ou « manière d’être ». Nous le nommons consolation. Et nous relisons divers auteurs dans cette perspective, afin de comprendre comment chacun de nous se console, chacun à sa façon.

Rigoletto est bouffon à la cour. Bossu, laid, difforme. Il est veuf et pleure toujours, des années après, la perte de sa femme adorée, irremplaçable. Et lorsque sa fille Gilda, sa seule bien-aimée, le questionne à propos de ses origines, de sa famille et de ses vieux amis, il garde le silence, sans doute rempli de honte et de ressentiment. Sa vie est triste, il se méprise. Ainsi est décrit Rigoletto, le personnage de l’opéra de Verdi.

Pour compenser son propre rejet, l’homme a développé le sarcasme comme un art, il est cynique. Il utilise ses talents pour amuser le Duc de Mantua, son Seigneur, un homme dépravé qui ne pense qu’à séduire les femmes et prendre du plaisir, sans scrupules ni limites. Quand le Duc tente ouvertement de séduire la Comtesse Ceprano devant son mari, Rigoletto nargue le cocu, le rendant ridicule par son impuissance. Et lorsque le Duc s’agace de voir que Ceprano traîne dans les parages et empêche son intrigue avec l’épouse, Rigoletto suggère d’enlever la femme et d’éliminer le comte. Il pousse tant ses moqueries que même le Duc lui reproche son impertinence, et les courtisans jurent à Ceprano de le venger. Mais Rigoletto se vante que personne n’osera lever la main sur lui. Protégé par son armure de cynisme, il se sent au-dessus de tout le monde. Le rire le protège de sa propre misère, lui permet de se sentir puissant, il peut faire souffrir les autres, surtout ceux en situation de faiblesse.

Peu après cet incident, un vieil homme débarque dans le salon, furieux contre le Duc qui a séduit sa fille, et le dénonce publiquement. Rigoletto bien sûr se gausse, l’homme est arrêté et rétorque en maudissant le Duc et son bouffon de s’être joués de sa juste colère. La malédiction terrifie Rigoletto qui croit le vieux proverbe qui dit qu’un sort jeté par un vieil homme a un réel pouvoir. A partir de là commence la tragédie de l’odieux clown, la malédiction, vivement soulignée par la musique. Le drame se poursuit en une série d’événements qui amènent le Duc à séduire Gilda et Rigoletto à assassiner par erreur sa propre fille. Orgueilleux et aveuglé, il a fini par oublier le poids de la réalité et les conséquences morales de celle-ci. “Celui qui vit par l’épée mourra par l’épée”, dit le proverbe. Le rire est miel jusqu’à ce qu’il devienne fiel.

Dans: Consolations 

Commentaire de Mathurin-Roman

21 décembre 2017 à 07:50 AM

Bonjour
Un grand merci pour vos Post que je lis avec grand intérêt.
Je souhaiterai m inscrire à votre conférence du 21 décembre si cela est encore possible.
Bien à vous
Valérie Mathurin-Roman