Ces expressions qui tuent la pensée et le dialogue : 1 - "Pas nécessairement"​

20 septembre 2017 par jerome lecoq

1 - Pas nécessairement, pas forcément, pas tout le temps, pas toujours...

Cette expression très courante est utilisée face à une affirmation générale. Imaginons par exemple que je dise " le perfectionnisme rend les gens insatisfaits" et que mon interlocuteur me rétorque "pas nécessairement". Ce faisant, et de manière suffisamment subtile pour que ce ne soit jamais relevé, mon interlocuteur suppose que mon affirmation était "nécessaire" ou "forcée" ou "catégorique et absolue". Or il est très rare que l'on puisse affirmer quelque chose de nécessaire dans la vie courante. Même si je disais " la terre est ronde" on pourrait me rétorquer : “pas nécessairement”. En effet elle est légèrement aplatie aux pôles. Mais de manière générale, la terre est ronde de même que de manière générale, les êtres humains ont deux bras et deux jambes et cela n'exclut pas les gens qui ont un ou plusieurs membres en moins : ils sont "les exceptions qui confirment la règle" comme l'on dit joliment en Français.

quelqu'un qui vous rétorque "pas nécessairement" vous met de manière injuste tout le poids de la nécessité sur les épaules

Or quelqu'un qui vous rétorque "pas nécessairement" vous mets de manière injuste (quoique malheureusement inconsciemment la plupart du temps) tout le poids de la règle absolue et de la nécessité sur les épaules alors que vous n'aviez jamais prétendu ériger votre affirmation en règle absolue. Je vous mets d'ailleurs au défi de me trouver une règle absolue en ce bas monde.

Bref c'est un procédé "tout à fait" illégitime et rhétorique qui n'a qu'une seule fonction : éviter la discussion, fuir la confrontation et le dialogue, ne pas remettre en cause ses propres opinions. C'est une phrase très souvent utilisée par les gens têtus (voir le têtu) ou qui veulent montrer qu'ils ont raison (voir le politicien), les timides également (qui sont souvent des égocentriques bien cachés, voir la petite souris). Si on vous dit cela c'est que votre affirmation gêne car elle pourrait remettre en cause l'opinion de votre interlocuteur a fortiori si la discussion se déroule en public et que cette personne a un souci avec son image ou son pouvoir ce qui revient quelque peu au même.

à une généralité on ne peut opposer qu'une autre généralité

Si on vous rétorque "pas nécessairement" la parade est très simple : il suffit de dire "je n'ai jamais dit que c’était nécessaire, je dis simplement que "en général", cela se passe comme cela". Dès lors vous recentrez le dialogue et c'est à l'autre de vous apporter une réfutation. Mais sa réfutation ne peut pas porter sur un cas particulier exceptionnel  : à une généralité on ne peut opposer qu'une autre généralité. Donc vous lui demandez s’il a une généralité qui viendrait contredire la vôtre et si c’est le cas vous lui demandez un argument pour appuyer son affirmation. A ce moment seulement vous dialoguez, vous progressez, vous vous découvrez, vous vous confrontez sereinement et agréablement : vous pensez ensemble.

 

Cet article vous a plu ou interpellé(e) ? Alors commentez ou partagez.

Je suis philosophe-praticien et pratique la consultation philosophique. C'est un travail rigoureux qui permet de travailler et d'améliorer des capacités et compétences cognitives tout en faisant émerger la manière dont vous pensez et vous reliez à autrui et au monde. Si cette pratique vous intrigue je vous invite à me solliciter pour une consultation en guise de découverte.

Cette consultation peut se faire soit à mon cabinet à Paris soit à distance via la plateforme Zoom. Comme c'est un travail qui dure une heure et demie complète et qui nécessite une préparation de ma part je fais payer. Si le travail vous intéresse il y a possibilité de le poursuivre en individuel ou en collectif pour un nombre déterminé de séances.

Connaissez-vous le coaching philosophique ?