Atelier-philo en ligne : pourquoi j'ai peur de m'ennuyer ?

dimanche 16 juin 2019 18 h 00 - 20 h 00 en ligne

Dans un environnement qui nous sur-stimule, nous avons en théorie de moins en moins d'occasions de nous ennuyer. On pourrait voir en effet d'un oeil positif le fait d'avoir à tout moment la possibilité de se lancer dans une activité de notre choix, outre évidemment nos obligations quotidiennes. C'est le propre de la société de consommation de faire en sorte, pour celle ou celui évidemment qui a un certain pouvoir d'achat (pour celui qui n'en a pas le problème se résout de lui-même : occupé à sa survie il n'a pas le luxe de s'ennuyer) de nous procurer tous les divertissements possibles à chaque instant : un jeu sur notre mobile, un article posté sur les réseaux sociaux, une série à regarder sur Netflix. On se demande même quand nous avons le temps de penser, de réfléchir sur nous-mêmes tant nous avons la tentation de nous faire happer par notre quotidien.

Or penser et s'ennuyer sont intimement liés.

D'abord s'ennuyer est une bonne occasion pour se mettre à penser, en se posant la question : pourquoi je m'ennuie ? Qu'est-ce qui m'ennuie à ce moment ? Ou pour en profiter pour réfléchir à n'importe quel aspect de notre existence. Encore faut-il être dans les conditions idéales pour s'ennuyer, c'est-à-dire se couper de la plupart des sollicitations technologiques courantes. Il faut avoir de la volonté pour s’ennuyer...

Ensuite penser, de l'extérieur en tous cas, peut paraître ennuyeux : on part d'une question par exemple et on n'a pas d'exemple pour y répondre, le sujet ne nous intéresse pas particulièrement, voire les gens qui sont avec nous ne nous intéressent pas beaucoup non plus. Il n'y a rien à gagner, donc une perte de temps possible, pas d'enjeu (ce n'est pas un examen), rien d'excitant (pas d'anecdote croustillante, pas de meurtre ni de sexe), rien d'impressionnant (pas de cascades ni d’explosions).

Or si vous vous ennuyez, a fortiori rapidement, il y a fort à parier que vous n'avez pas appris à vous ennuyer, c'est à dire que vous vous ennuyez mal, ou pour le dire autrement, que vous ne savez pas profiter de votre ennui pour vous mettre à penser.

 Donc il est probable que penser vous fait peur et que vous n'imaginez pas que c'est un des meilleurs moyens de ne jamais s'ennuyer de manière stérile. Au lieu de laisser l'ennui vous gagner et de vous mettre à réfléchir, vous fuyez cet ennui comme la peste en vous lançant à corps perdus dans une distraction.

Evidemment cette distraction fera tout sauf vous faire penser. Et voilà toute une vie qui se déroule sans jamais s'auto examiner jusqu'à ce que la mort la surprenne. Mais là il est trop tard.

Par conséquent il est important, pour retrouver le plaisir de penser enfantin, de se réconciliera avec son ennui et de voir qu'il n'est que le nom de la peur de penser, de vous penser ou de penser le monde, ce qu'en tant qu'être humain vous êtes naturellement bien outillé pour faire.

De plus penser est joyeux parce que c'est libérateur en ce que cela nous fait prendre conscience de nos conditionnements : à commencer par notre compulsion à nous distraire par tous les moyens, à rechercher l'excitation, le sensationnel, l'enivrant, le "waouh !" En plus c'est une activité collective qui nous relie à autrui et nou invite à le découvrir et (pourquoi pas) le comprendre donc il y a tout à gagner.

Enfin c'est une activité créatrice parce que, sans sollicitations extérieures, nous sommes obligés de forcer notre imagination à nous fournir des idées adéquates.

Au risque de vous ennuyer je vous convie donc à cet atelier de pratique philosophique en ligne qui se tiendra le dimanche 16 juin de 18h00 à 20h00.

Une fois inscrit(e) en m'envoyant un message je vous ferai parvenir, une dizaine de minutes avant, le lien qui vous permettra de rejoindre la réunion.

 En guise de cadre à ce dialogue quelque peu inhabituel je vous invite à prendre connaissance des 10 accords socratiques :  http://www.dialogon.fr/le-pacte-socratique.

 Au moment de l'atelier assurez-vous d'être dans un endroit calme, (pas de restaurant, de bar ou autre cybercafé) avec une bonne connexion Internet et évitez les tablettes parce que nous écrirons en parallèle sur un google doc.

 Je me réjouis de vous voir à cette occasion

Je m'inscris