Sommes-nous tous des victimes ?

mercredi 11 septembre 2019 20 h 00 - 22 h 00

 

Une victime est une personne qui a subi un accident, une forme de violence allant de la simple blessure à la mort, que cette violence soit physique ou psychologique, sans avoir eu la possibilité de se soustraire à son sort malheureux.

Or aujourd'hui il semble qu'être victime soit devenue une forme d'identité : “l'accident”, qu'il soit de parcours ou de vie, nous marque au fer rouge et le traumatisme qu'il a engendré modifie en profondeur notre personnalité. Nous sommes victimes des préjugés de nos parents, des remarques désobligeantes de nos collègues, de la proximité de nos voisins, du réchauffement climatique, de la hausse des prix, du regard de notre conjoint...

Sans retirer la souffrance des victimes indiscutables de violences objectives comme par exemple les enfants ou les femmes battues, le problème de ce “tout victimaire” est qu’il nous empêche de réfléchir sur la part de la responsabilité qui nous incombe dans la plupart de nos malheurs. C’est fort compréhensible par ailleurs : quand on est malheureux de son sort on n’a pas envie de rajouter de la culpabilité à la tristesse, la culpabilité de savoir que nous sommes avant tout victimes de nous-mêmes.

En contrepoint de cette attitude, la pratique philosophique nous invite à assumer notre pleine et entière responsabilité en prenant conscience de ce que nous disons et et en reprenant le contrôle de notre pensée.

Je vous invite donc à cet atelier de pratique philosophique en ligne et gratuit par visioconférence qui se tiendra le mercredi 11 septembre de 20h00 à 22h00.

Une fois inscrit(e) en m'envoyant un message je vous ferai parvenir, une dizaine de minutes avant, le lien qui vous permettra de rejoindre la réunion.

En guise de cadre à ce dialogue quelque peu inhabituel je vous invite à prendre connaissance des 10 accords socratiques :  http://www.dialogon.fr/le-pacte-socratique.

 Au moment de l'atelier assurez-vous d'être dans un endroit calme, (pas de restaurant, de bar ou autre cybercafé) avec une bonne connexion Internet et évitez les tablettes parce que nous écrirons en parallèle sur un google doc.

Je me réjouis de vous voir à cette occasion

Jérôme Lecoq