Le pacte socratique

Les 10 accords du Pacte Socratique

En guise de cadre à toute consultation ou atelier philosophique, voici les quelques principes qui donnent un cadre au dialogue de type socratique et qui permettent de tirer pleinement profit de cette approche.

1 - La raison est notre cadre, elle doit guider nos pensées et notre dialogue. La raison est une passion exigeante, libre et joyeuse, sans bornes et provocante, toujours à la recherche de la vérité.

2 - Vous répondrez directement à la question mais seulement à la question, à toute la question, en l'acceptant telle qu'elle est, sans essayer de la modifier, de la diluer ou de la dévier, dans la mesure où c’est une vraie question à laquelle on peut répondre. La question est une invitation au dialogue et un défi offert par votre interlocuteur : s'il vous la pose, c'est qu'il s'intéresse à vous et à votre façon de penser. De la même manière, vous questionnerez aussi les autres, même si c'est difficile.

3 - Vous ferez confiance à votre interlocuteur, sans crainte d'un quelconque plan machiavélique, car vous n'avez rien à perdre. Nous sommes ensemble pour nous exercer à la pensée, confronter les perspectives : pas pour vous piéger, vous convaincre ou vous dominer.

4 - Le bon sens sera notre arbitre. Vous pouvez aller contre lui en conscience et en raison, mais vous ne pouvez pas l'ignorer en imposant l’évidence de votre propre subjectivité.

5 - Vous n'aurez pas peur des jugements qui seront faits sur vous, ou de ceux que vous ferez sur les autres, car le jugement est un outil crucial de la raison, que vous devez assumer et pratiquer. Rappelez-vous que les jugements dépendent des arguments qui les fondent.

6 - "Connais-toi toi-même". Vous accepterez les questions qui vous mettent à l’épreuve, même si le sujet initial ne vous concerne pas directement et si c’est inconfortable. Un discours est incarné dans celui qui le porte, et vous devrez rendre compte de vous-même ainsi que de votre discours.

7 - Vous ne nierez pas ce que vous avez dit : ce qui est dit est dit. Vous vous révélez davantage par ce que vous dites que par ce que vous voulez dire ou ce que vous auriez voulu dire. Accepter notre propre parole c’est accepter la finitude et la détermination de notre être.

8 - Vous ne chercherez pas à être dans votre bon droit, à imposer votre opinion ou à vous défendre : personne n'est là pour vous attaquer. Le dialogue est une réflexion mutuelle où chacun se révèle et se développe, pas une compétition.

9 - Vous ne vous excuserez pas pour ce que vous avez dit ni ne le regretterez. Tout ce que vous dites a un sens et exprime votre être, aussi ténu ou puissant, aussi faillible ou accompli soit votre discours. Il s'agit simplement de voir ce qui est, de le comprendre et d’en être conscient autant que faire se peut.

10 - Vous mettrez temporairement de côté votre sincérité, afin de prendre la distance avec vous-même et d’être plus authentique. Vous ne serez pas attaché(e) à vos opinions. Vous ne mettrez pas vos émotions en avant comme argument. Vous soumettrez votre être à la critique, en cherchant ses limites et ses défauts.