Articles

ATELIERS DE DEVELOPPEMENT DE VOTRE PENSEE EN GROUPE

20 septembre 2022 par jerome lecoq

 
10 ateliers de 2h chacun tous les dimanche 17h à 19h pendant 2 mois pour être plus pertinent, plus clair, plus performant dans sa pensée.
 
PRÉSENTATION
Au cours de ces ateliers vous développerez vos aptitudes à vous voir objectivement et sans complaisance, à argumenter, à questionner, interpréter, synthétiser, conceptualiser. Ce travail vous permettra de prendre de la distance avec vous-même tout en découvrant une nouvelle puissance de penser.

Lire la suite  Commentaires (0)

Le plaisir et la réussite sont-ils des valeurs ?

24 mai 2022 par jerome lecoq

 

Principe de plaisir

Celui qui place la recherche du plaisir comme vertu cardinale de son existence est ce qu'on appelle un hédoniste. Le plaisir peut-être défini avant tout comme sensation agréable, jouissance des sens et/ou de l'esprit ou encore état d'absence générale de souffrance pour une définition a minima, ce que les Grecs nommaient l’ataraxie.

Remarquons d'abord que l'on dit prendre, avoir, ressentir, donner, éprouver du plaisir ce qui nous indique que le plaisir peut survenir soit dans un état de passivité soit dans un état d'activité.

 

Lire la suite  Commentaires (1)

La philosophie peut-elle nous changer ?

13 avril 2022 par jerome lecoq

 

Disons d'emblée que l'on pourrait se demander de manière légitime si changer tout court est possible, philosophie ou pas. En effet il est fréquent d'entendre des amis qui ne vous ont pas vu depuis longtemps vous dire "tu n'as pas changé, je te reconnais bien là". Et en effet il semble que certains traits de caractère sont bien profondément ancrés en nous. Par exemple, pour une personne compétitive, difficile pour elle de s'empêcher de vouloir gagner dès qu'elle participe à un jeu qui produit des gagnants et des perdants.

Avons-nous autour de nous des exemples de connaissances qui ont modifié significativement leur comportement, leur vision du monde ? Et si oui quel fut le moteur de ce changement ? Personnellement je n’en ai pas.

Dans: Dialogue Philosophie 

Lire la suite  Commentaires (1)

Programme d’ateliers pour développer sa pensée en collectif et à distance (25h en tout)

5 avril 2022 par jerome lecoq

 

PRÉSENTATION

Ces ateliers vous feront voyager et découvrir la pensée comme alliée intérieure pour alléger son quotidien en y apportant de la rationalité et de la clairvoyance, comme fidèle conseillère pour prendre de la distance avec soi et les situations en y apportant d’autres regards, comme moteur de volonté pour faire vos choix et établir vos priorités de vie, et enfin comme puissant remède philosophique et méditatif aux différents maux qui vous préoccupent. Par conséquent, vous serez plus serein.e dans votre vie.

 

Note : Il n’y a aucun prérequis. Venez tel.le que vous êtes.

 

Lire la suite  Commentaires (0)

Le coaching, reflet d'une société désenchantée

16 mars 2022 par jerome lecoq

 

New Age

“Libérer le potentiel humain”, “découvrir les potentialités qui sommeillent en nous”, “détruire les pensées auto-limitantes pour atteindre notre potentiel accompli, trouver notre “moi profond” ou “authentique”.

Cette idée que nous ne serions qu'un champ en friche attendant d'être semés et labourés afin de donner les meilleurs fruits, à condition qu'on éradique les mauvaises herbes, cette idée est semble-t-il à la base du New Age et de ses avatars modernes et en particulier le mouvement du coaching depuis les années 60 aux U.S. et plus tardivement dans les années 90 en France.

 

Dans: Management Travail Compétition Questionnement Socrate Coaching 

Lire la suite  Commentaires (4)

Que signifie gâcher sa vie ?

3 mars 2022 par jerome lecoq

 

Gâcher cela signifie laisser en jachère ce qui pourrait voire devrait être développé, c'est utiliser de l'énergie en pure perte, sans but précis, en négligeant de se concentrer sur ce qui aurait pu être construit. Celui qui gâche préfère détruire plutôt que construire, perdre plutôt que gagner, décevoir plutôt que répondre aux attentes. On gâche toujours par rapport à des attentes, à un objectif souhaité face à des ressources limitées, une norme, des valeurs morales dominantes.

Dans: Avidité Gâchis 

Lire la suite  Commentaires (0)

L'orgueil

3 mars 2022 par jerome lecoq

 
L'orgueil est un sentiment exagéré que l'on a de la valeur de sa propre personne au détriment de la considération que nous pouvons avoir pour autrui. Pour l'orgueilleux, lui-même est la valeur de toute chose et il ne les juge qu'à son aune. L'orgueil est une vertu compétitive car elle aide à surpasser les autres en les ignorant superbement, tout plein de la confiance que l'orgueilleux place en lui-même.
 
L'orgueil est la qualité de l'aristocrate qui est par nature et par naissance de valeur supérieure aux autres. L'orgueilleux est aussi narcissique : sachant qu'il a un amour exagéré de lui-même, il veut se regarder pour se rassurer sur sa valeur, ce qui montre qu'il en doute. L'orgueilleux est ainsi, contrairement aux apparences miné par une faille narcissique, il sait au fond de lui qu’il ne vaut pas ce qu’il prétend.

Dans: Humiliation Orgueil 

Lire la suite  Commentaires (0)

Le défi

15 février 2022 par jerome lecoq

 

Un défi est un moment de rupture cognitive, qui fait en général suite à une surprise, une déception, une frustration, un empêchement, un problème. Un défi nous invite à nous dépasser, à nous surpasser, à faire du nouveau, à créer.

Le contraire du défi est la facilité, l'habitude, la routine, la normalité et l’automatisme.

Un défi peut toujours se présenter sous forme d’une question donc s'adresse à l'esprit humain : il se présente comme une exigence de penser un problème afin de le résoudre. Un défi provoque, interpelle, mobilise, attire l'attention. Celui qui tente ou accepte un défi développe son expérience, son adaptabilité, sa souplesse, son inventivité et sa créativité. Si la vie ne nous offrait pas de défis nous devrions nous en inventer pour que cette dernière ne soit pas une routine perpétuelle et mortellement ennuyeuse.

Lire la suite  Commentaires (1)

Comment écrivez-vous ?

9 février 2022 par jerome lecoq

 

Il y a deux sortes de gens dans la vie lorsqu'ils sont devant une page blanche et qu'ils décident d'écrire sur un sujet quelconque : ceux qui se disent "il faut que je recueille d'abord toute l'information disponible" et ceux qui se disent : “je vais commencer à écrire ce que je pense du sujet sans connaissance particulière et on verra bien après si j'ai besoin de sources d'informations extérieures”.

 

Dans: Ecriture 

Lire la suite  Commentaires (0)

L'espoir fait-il vivre ou empêche-t-il de vivre ?

28 janvier 2022 par jerome lecoq

 

L'espoir peut être défini comme l’attente qu'un événement généralement heureux que nous ne maîtrisons pas ou partiellement puisse survenir dans un avenir plus ou moins lointain.

L'espoir est systématiquement utilisé dans le milieu religieux (espoir que Dieu nous réponde, que la vie nous sourie) et politique (ayez l'espoir que votre vie sera meilleure si vous votez pour moi). L'espoir est une attente dont la probabilité est indéterminée et indéterminable. Autrement on parlera d'espérance mathématique, qui fait l’objet de calculs d’espérance en probabilités.

L'espoir est toujours mêlé de crainte comme nous le disait Spinoza et vivre dans l'espoir, voire carrément vivre de l'espoir, est l'attitude de l'impuissant, de celui qui n'est pas maitre de son destin et qui est dans une situation désagréable. En plus d'être impuissant puisqu’entièrement passif par rapport à ce qui pourrait améliorer sa situation, l'espérant craint constamment que ce qu'il espère ne survienne pas ou que le contraire survienne, ce qu'il redoute au contraire. Il vit donc constamment dans la crainte, ce qui est une forme d'aliénation.

Dans: Peur Promesse Providence Incertitude Attentes Désirs Impuissance Espoir 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi se dispute-t-on ?

28 janvier 2022 par jerome lecoq

 

Une dispute est une opposition violente entre deux personnes qui ne se fait pas sur la base de la rationalité et d'une évaluation objective des arguments de chacun mais sur la volonté d'imposer son point de vue par tous les moyens : mensonges, mauvaise foi, insultes, manipulations, brimades et humiliations etc.

Une dispute ne survient que s'il existe un enjeu entre deux personnes qui en général se connaissent. Les étrangers ne se disputent pas entre eux même s'ils peuvent se battre ou rentrer en conflit. Le paradigme de la dispute est celui de la dispute au sein du couple ou de la famille : en général les gens qui se disputent ont un capital affectif qu'ils partagent.

Essayons de lister les raisons principales pour lesquelles on se dispute.

Dans: Obstacles à la pensée Dédain Rupture Conflit 

Lire la suite  Commentaires (1)

Face à un téléopérateur

28 janvier 2022 par jerome lecoq

 

Vous avez certainement déjà été contacté.e au téléphone par Jules ou Marie du "Cabinet X" qui vous demande si vous avez déjà utilisé un service de demande de devis pour tel ou tel produit. Vous savez de quoi je parle, du démarchage téléphonique "hard" qui continue à sévir, de la même manière que nos boites aux lettres sont toujours remplies de prospecti même si vous marquez "pas de publicité” dessus.

Au cours du temps j'ai usé de divers stratagèmes pour me débarrasser de ces vendeurs au discours robotique, qui souvent parlent Français avec un fort accent que l'on devine du Maghreb. Ma dernière trouvaille (enfin je l’ai piquée à quelqu’un) consistait à dire que j'étais en détention provisoire, ce qui coupait court en général au questionnement et aboutissait à un silence gêné suivi d’un “D’accord Monsieur je comprends au revoir”.

Dans: Dialogue Consommation Manipulation  Rhétorique 

Lire la suite  Commentaires (1)

Le grand défouloir

26 janvier 2022 par jerome lecoq

 

Les réseaux sociaux sont un lieu d'expression "libre", apparemment. S'exprimer librement cela signifie pour beaucoup d'entre nous nous libérer, nous soulager des différentes frustrations nées des contraintes internes ou externes que nous subissons au quotidien.

Dans: Obstacles à la pensée Reconnaissance Compulsion Insatisfaction Indignation Frustration 

Lire la suite  Commentaires (0)

Trois principes du dialogue socratique

8 janvier 2022 par jerome lecoq

 
Par Anna Touati - (Philosophe-praticienne et collègue)
 
La pratique du dialogue socratique ne consiste pas à dialoguer au sens où on l’entend habituellement.
Comme son nom l’indique, elle tire son origine des dialogues de Platon dans lesquels Socrate, son maître, interroge différents personnages (hommes politiques, juristes, sophistes) dans un but précis : les amener à raisonner pour s’extraire de leurs opinions et porter un regard critique sur leur propre discours et sur eux-mêmes.
 

Dans: Obstacles à la pensée Dialogue Philosophie Questionnement Socrate 

Lire la suite  Commentaires (0)

Le problème avec le problème

5 janvier 2022 par jerome lecoq

 

Pourquoi le mot "problème" est-il souvent gommé en entreprise ?

Lire la suite  Commentaires (1)

L'incuriosité : une forme de violence sur autrui

14 décembre 2021 par jerome lecoq

 

 

Vous avez peut-être déjà rencontré, encore que justement le terme de "rencontré" soit peut-être mal choisi, une personne lors d'un dîner qui était assise à côté de vous et à qui vous avez parlé et qui, tout en étant plutôt de compagnie agréable, polie et respectueuse, ne vous a pas posé la moindre question sur vous-même. Elle ne s'est intéressée ni à ce que vous aimiez, ni à ce que vous faisiez dans la vie, ni à d'où vous veniez, ce que vous pensiez de l'existence, votre vie de famille etc. Elle n'a fait que parler soit d'elle-même soit d'un sujet qui lui tenait à cœur, ou au contraire qu'elle détestait, mais pas une question sur vous, ou alors uniquement "pour faire bien" ou "donner le change".

Dans: Obstacles à la pensée Reconnaissance Consommation Compulsion Insatisfaction Attention Incuriosité 

Lire la suite  Commentaires (2)

Un agora dans les entreprises

14 décembre 2021 par jerome lecoq

 

On constate très souvent dans les entreprises une tension entre ce que l’organisation et ses dirigeants veulent, prescrivent, commandent et ce que font concrètement et réellement ses acteurs « sur le terrain ». Il y a toujours un hiatus entre ces deux pôles. Dans l’idéal les deux devraient se rejoindre : les procédures devraient s’adapter aux meilleures pratiques telles que remontées par ceux qui les développent et les pratiques devraient intégrer les normes, comportements attendus, exigences et autres visions stratégiques. Le problème n’est pas qu’il existe un hiatus mais qu’il s’agrandisse sans que personne n’y fasse rien, jusqu’à ce que le précipice s’ouvre pour déclencher une crise majeure. Les chefs ferment les yeux tant que les résultats sont là et les subordonnés s’arrangent pour donner le change en compensant : ils contournent la procédure jugée inadaptée et obtiennent malgré tout le résultat cherché. Ce faisant les deux sont responsables de la dégradation continue de la cohérence de l’action globale de l’entreprise.

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi perd-on confiance dans le dialogue ?

9 décembre 2021 par jerome lecoq

 

Un dialogue est un engagement à un (dialogue avec soi-même), deux ou plus dans lequel les partenaires s'engagent à s'entendre sur un sens commun des mots, à s'écouter mutuellement, à se questionner pour clarifier les positions, à recevoir des objections constructives dans le but d'effectuer une recherche. Supposons donc que cette recherche commune soit une forme de vérité : vérité d'une situation, d'un fait, d'un discours, d'un événement, d’un problème.

Dans: Management Engagement Dialogue Socrate 

Lire la suite  Commentaires (0)

Que faisons-nous de notre liberté de penser ?

25 novembre 2021 par jerome lecoq

 

Nous partons de chez nous le matin après avoir échangé quelques mots avec femmes et enfants, si tant est que le minutage réglé comme du papier à musique de l'enchainement réveil - petit-déjeuner - lecture du journal- douche - départ de la maison- nous en laisse le loisir.

Dans les transports nous en profiterons peut-être pour lire un article du journal et commencer à répondre à nos mails pros.

Au bureau il est clair que ce n'est pas le lieu pour réfléchir librement à propos d'un sujet quelconque. Ici notre réflexion est soumise à des impératifs : nous devons répondre à des objectifs, effectuer une multitude de tâches dont certaines très répétitives ne nécessitent pas beaucoup de réflexion de notre part. Nous parlons avec nos collègues si possible de tout sauf du travail parce que cela nous sort de la contrainte. Mais alors les discussions sont juste le prétexte pour sortir de la routine laborieuse et sont souvent d'une grande banalité : on parle des vacances, de la maitresse de nos enfants, du dernier film vu ou de la dernière série à la mode. C'est ce qu'on appelle du « small talk » qui en général prend la forme d’un échange spontanée de « moi je ».

Lire la suite  Commentaires (1)

Que signifie comparer ?

24 novembre 2021 par jerome lecoq

 

Performatif

La comparaison est, au sens étymologique, l’action d’accoupler (comparatio). Accoupler, à la fois dans le sens d’établir des parallèles et de distinguer. Le fait de comparer des éléments, c’est examiner les relations entre eux, leurs similitudes et leurs différences. La comparaison est une activité de la raison, qui aboutit à une compréhension des idées et de la réalité.

Par ailleurs, la comparaison dit ce qui n’est pas. Qu’elle s’applique à un objet, une idée, une chose, un sentiment elle permet de dire l’inexprimable et l’intangible en proposant le détour soit par l’analogie, ou la métaphore, outils que la poésie ou le discours politique utilisent de manière importante, pour leurs qualités rhétoriques et esthétiques.

Cette compétence de la raison permet de définir, d’éclaircir, de dissocier, de délimiter, de sélectionner et classer.

Dans: Jugement Dialogue Explication Compétition Consultation philosophique Comparaison 

Lire la suite  Commentaires (0)

A quoi jouons-nous ?

22 octobre 2021 par jerome lecoq

 

Avez-vous remarqué comme les enfants vont facilement vers les autres ? Combien de temps faut-il à un enfant de 5 ou 6 ans pour appeler autrui “mon copain” ou « ma copine » au parc ? En général pas plus de 5 min. Evidemment on sait bien que ces amitiés sont de circonstance et éphémères mais les enfants n'ont pas nos complexes ni nos précautions sociales. Ils ne commencent pas par se raconter des banalités, par demander quel métier chacun fait etc, toutes questions qui trahissent plutôt l'embarras d'être en présence d'autrui.

"Une heure de jeu permet de mieux connaitre quelqu'un qu'une année de discussions" (Platon).

Dans: Engagement Jeu 

Lire la suite  Commentaires (0)

Le syndrome de l'imposteur (4ème partie)

15 octobre 2021 par jerome lecoq

 

L’imposteur existentiel


Le syndrome de l'imposteur ontologique est un schéma plus fondamental, une expérience humaine de base, qu'il faut identifier et accepter, sous peine de se transformer en un schéma plus douloureux et pathologique. Elle peut être définie comme le sentiment latent, périodiquement conscient, de tout être humain, percevant sa vie comme vide de sens, ennuyeuse, vaine ou illusoire, mais qui s'oblige néanmoins à jouer le jeu du quotidien en faisant semblant d'y croire. 

Lire la suite  Commentaires (1)

Le syndrome de l'imposteur (3ème partie)

20 septembre 2021 par jerome lecoq

  (Texte de O. Brenifier, traduit de l'Anglais par J. Lecoq)

 

3 - Addiction

Un aspect remarquable du syndrome de l'imposteur circonstanciel est sa dimension addictive. Face à son sentiment de nullité ou de néant, la «victime» du syndrome d'imposteur « a besoin » en permanence - bien qu'on puisse appeler cela un goût acquis - de réitérer les mots et actions qui furent la cause initiale de son problème, comme dans une addiction à la drogue.

"elle a besoin de la caresse apaisante de ces mots qui l'ont fait se sentir si bien et merveilleuse"

Même si, comme dans la toxicomanie, la «victime» reste assez consciente de la dimension pathologique ou illusoire de cette dépendance. Il est possible qu'en grandissant, elle reconnaisse le côté malsain de cette relation et la dépasse, mais une nouvelle source de louanges pourrait facilement réveiller l'addiction. Comme une exigence très narcissique, elle a besoin de la caresse apaisante de ces mots qui l'ont fait se sentir si bien et merveilleuse, d’entendre la confirmation de sa propre valeur, les louanges de ses actes, la valeur de son être. Plus elle se sent nulle, plus elle a besoin de cette confirmation, plus elle l'obtient, plus elle s'en méfie ou s'en lasse et se sent nulle.

Lire la suite  Commentaires (1)

Le syndrome de l'imposteur (2ème partie)

17 septembre 2021 par jerome lecoq

 (Texte de O. Brenifier, traduit de l'Anglais par J. Lecoq)

Ce texte est la deuxième partie d'un article qui en comprendra 4.

2 - Arrogance


L'arrogance est probablement l'une des manifestations les plus courantes du syndrome de l'imposteur. La personne arrogante a des manières excessivement hautaines et insolentes et manque du moindre respect et reconnaissance pour autrui. Un tel comportement révèle un sentiment exagéré de sa propre importance, de son statut ou de ses capacités.

Mais là encore, nous maintiendrons l'hypothèse qu'une telle personne ne peut pas réellement croire ce qu'elle essaie de montrer ou de prouver. Soit parce que la raison opère bon gré mal gré et accomplit son travail critique dans l'esprit du sujet à son insu même, soit parce que divers événements et phénomènes se chargent de saper ce vœux pieux.

"les personnes à faible estime de soi seront des complices inconscientes de l'arrogant"

 

Cette réalité interne sera évidente pour l'observateur externe doté d'un minimum de distance psychologique, mais la plupart des gens étant eux-mêmes affectés par un manque de confiance en eux-mêmes, ils passeront à côté lorsqu'ils seront confrontés à l'arrogant. A leur insu, ils valideront son comportement, ils le prendront pour argent comptant parce qu'ils se sentiront blessés ou insultés : cela activera et révélera en effet leurs propres insécurités, et ils accorderont malgré eux ainsi du pouvoir à l'individu arrogant, qui a besoin d'être cru par les autres puisqu'il a des doutes sur lui-même. Par conséquent, les personnes à faible estime de soi seront des complices inconscientes de l'arrogant, et le système s'auto-entretiendra de lui-même.

Lire la suite  Commentaires (0)

Le syndrome de l'imposteur (1ère partie)

16 septembre 2021 par jerome lecoq

 

 (Texte de O. Brenifier, traduit de l'Anglais par J. LECOQ)

Ce texte est la première partie d'un article qui en comprendra 4.

 

1 - L'imposture circonstancielle

Un imposteur est une personne qui se fait passer pour quelqu'un d'autre afin de tromper les autres, peut-être même lui-même, généralement dans la perspective d'un gain frauduleux. Ce gain est généralement lié à l'obtention d'amour, de reconnaissance, renommée, de statut ou d'un avantage purement pratique. Le syndrome de l'imposteur se caractérise par le sentiment, légitime ou non, d'être un imposteur. Il indique le sentiment d'être un "faux existentiel". Il est généralement ressenti comme une expérience désagréable, car il implique un certain degré d'inconfort et d'aliénation à soi, un profond sentiment d’insatisfaction.

Nous distinguerons deux types de tels imposteurs : le circonstanciel et l'ontologique.

Lire la suite  Commentaires (1)

Qu'est-ce que l'humilité ?

15 septembre 2021 par jerome lecoq

 

Lucidité ou soumission joyeuse

Il semblerait que deux conceptions principales de l'humilité émergent.

Premièrement l'humilité est l'équivalent de la lucidité. L'humble, étant lucide sur sa valeur et sur celle de ceux qui l'entourent, se positionne à sa juste place. Il sait ce qu'il vaut et s'appuie sur cette conscience de ses qualités et de ses limites pour agir au mieux. C’est une conception rationaliste de celui qui est dans la juste mesure des choses et de lui-même (phronesis, la « prudence » aristotélicienne) et ne se préfère pas nécessairement aux autres. En cela l'humble peut aussi bien être fier et confiant puisque celui qui accomplit une chose connait la valeur de son action puisqu'il sait d'où il part objectivement : sans se comparer aux autres il sait qu'il a su se dépasser ou prendre des risques car il connait ses limites. C'est le cas du sportif qui est fier des progrès accomplis en fonction de son niveau initial même s'il ne pourra jamais prétendre côtoyer les hauteurs olympiques. Ce n'est pas pour cela qu'il rabaisse ceux qui sont moins méritants ou qu'il se rabaisse lui-même face aux champions, bien qu’il puisse néanmoins les admirer.

Lire la suite 

Qu'est-ce que l'intime ?

2 septembre 2021 par jerome lecoq

 

Limite entre intérieur et extérieur

Que signifie être intime de quelqu'un, faire partie de son “cercle d'intimes” ? Cela signifie que cette personne a partagé avec vous des secrets, des choses qu'elle ne voudrait pas que le monde extérieur sache. L'intime est la frontière entre l'intérieur et l'extérieur. Celui qui lit le journal intime de sa femme sans son autorisation commet un viol de son intimité et s'expose à une colère légitime si jamais il est découvert. Nous avons des choses à cacher même à nos proches, surtout à nos proches peut-être car si nous révélions notre intimité au grand public il y a fort à parier que la seule réaction que nous provoquerions serait soit l'indifférence soit le mépris car ils jugeraient que nous manquons de pudeur, que nous sommes indécents, voire que nous n'avons aucune dignité. Diogène se masturbait en public, or la pratique sexuelle est l'activité qui par tradition et presque définition relève de la sphère intime. Ce comportement relève de celui de l'animal, du chien, kynos en Grec en l'occurrence. Diogène veut dénoncer l'hypocrisie de cacher certaines choses, ce qui tendrait à signifier qu'elles sont interdites ou sacrilèges, que chacun fait pourtant chez soi avec le plus grand plaisir et sans la moindre gêne. Si tout le monde le fait et si tout le monde sait que tout le monde le fait, alors pourquoi ne pas le faire en public ? Et pourquoi le faire en public serait-il une forme d'outrage ?

 

Dans: Amour Psychologie Honte Désirs Intimité 

Lire la suite  Commentaires (0)

A -t-on peur du succès ou de l'échec ?

8 juillet 2021 par jerome lecoq

 

 

A première vue la réponse semble bien tranchée. Évidemment la plupart d'entre nous craint l'échec puisque nous investissons du temps, des efforts, des espoirs (et par conséquent la crainte qui s'y niche déjà) dans un projet. Cet investissement fait que nous nous confondons avec ce projet. Ce peut-être un projet de création d'une entreprise, d'acquisition d'un diplôme, de réussite à un examen ou à un concours, d'éducation d'enfant ou même de procréation (puisqu'aujourd'hui les parents qui ne peuvent avoir d'enfants par les voies naturelles peuvent néanmoins en faire un projet à l'aide de techniques de PMA), de vie de couple, de carrière professionnelle évidemment, de production d'une œuvre artistique ou intellectuelle.

Il y en fait autant de modalités d'échec qu'il y en a de faire des projets au cours de notre existence. Celui qui s'investit pleinement dans des projets fera nécessairement face à des échecs au cours de son existence. 

Dans: Peur 

Lire la suite  Commentaires (0)

A quoi sommes-nous occupés ?

6 juillet 2021 par jerome lecoq

 

Cela ne suffit pas d'être occupé : les fourmis aussi sont occupées. La vraie question est "à quoi sommes-nous occupés ?".

C'est parce qu'il regrettait de passer sa vie à des occupations qui lui paraissaient vaines que Thoreau a vécu deux ans seul dans une cabane au bord d'un lac dans le New Jersey au milieu du 19ème siècle. Il déplorait déjà que la majorité de ses concitoyens "perdent leur vie à la gagner" comme le disait le slogan de 68. Alors il mit en application ses préceptes et nous livre son expérience à travers un livre, Walden.

Dans: Accumulation Penser et plaisir Avidité Attention 

Lire la suite  Commentaires (1)

Quelles sont les douleurs morales ?

3 juillet 2021 par jerome lecoq

 

Lorsque nous nous référons à la douleur psychologique, nous entendons généralement des sentiments négatifs, des sentiments douloureux qui, comme Spinoza l’a joliment dit, « diminuent la puissance d’exister » du Sujet. Passons les tranquillement en revue.

 

Tristesse

La première et la plus évidente est la tristesse, comme lorsque les gens subissent la perte d’un être cher. Ils souffrent, avec des signes physiques comme les pleurs et la perte d’appétit, de la perte irrémédiable de la personne avec qui ils ont partagé de nombreuses tranches de vie joyeuses et moins joyeuses. Ces moments-là sont perdus à jamais et ne survivront que dans leur mémoire. Avec la perte, ils vivent la finitude radicale de leur être et le silence en retour de leurs appels désespérés. Leur cœur est lourd, leur énergie est épuisée, ils perdent leur appétit pour la vie, ils voient la personne disparue à chaque coin de rue, ils résistent à admettre le néant qui remplacera désormais leur objet d’amour. Cela peut être comme une sorte de vertige où l’esprit est paralysé. Ils ont le sentiment que leur monde s’est considérablement rétréci et qu’ils ne pourront plus jamais le réinvestir. Ils pourraient même vouloir mourir pour échapper à leurs souffrances. Chaque petite difficulté leur semble insurmontable, comme s’ils avaient des vêtements faits de plomb qui les retenaient implacablement au sol : ils sont atterrés au sens propre comme figuré. Rien de ce qu’ils aimaient avant ne semble avoir de goût ou d’intérêt par rapport au poids de la perte qu’ils subissent actuellement.

Dans: Culpabilité Tristesse Morale Humiliation Douleur Victime Insatisfaction 

Lire la suite  Commentaires (0)

What is the meaning of moral pain ?

11 juin 2021 par jerome lecoq

 

When we refer to psychological pain, we generally mean negative feelings, painful feelings which, as Spinoza nicely put it "reduce the power of existing" of the Subject.

 

Sadness 

The first and most obvious is sadness, as when we suffer the loss of a loved one. The sad person suffers from a loss: the loved one has died, and they have no object for their love anymore. They miss the person: they suffer, with physical signs like crying and loss of appetite, from the irremediable loss of the person with whom they used to share a great deal of experiences, good and bad but most of them pleasant in general. These moments are lost forever and will only survive in their memory. With loss, they experience the radical finitude of their being and the silence in return of their desperate call for an answer from their loved one. Their heart is heavy, their energy is drained out, they lose their appetite for living, they see the missing person at every corner of the streets, they resist admitting the nothingness which will replace their object of love from now on. This can be like a kind of vertigo where the mind is paralysed. They feel that their world has shrunk dramatically and that they will never be able to expand it again. They might even want to die as a means of escaping their suffering.  Every small task looks enormous to them, as if they had lead-made clothes which firmly ground them. Nothing they liked before seems to have any taste or interest in comparison with the weight of the loss they suffer. 

Lire la suite 

Quel sens donner à la douleur physique ?

11 juin 2021 par jerome lecoq

 

Nous souffrons tous périodiquement de douleurs à des intensités variables, physiquement ou mentalement. Basiquement, la douleur est une réaction physique de notre corps à un dysfonctionnement qui l'affecte, comme un signal d'alarme qui nous dit que quelque chose ne va pas dans notre corps. La douleur possède un très large spectre d'intensités allant d'un léger inconfort à une douleur insupportable qui nous fait nous évanouir.

Une chose est sûre : c'est notre douleur, pas celle d’un autre. J'ai une certitude immédiate que la douleur est mienne, qu'elle m'appartient et qu'il y a à l'inverse une impossibilité de transmettre aux autres ce que fait la douleur que je ressens en ce moment même. Nous sommes coincés avec notre douleur, nous sommes condamnés à la porter comme un fardeau avec peu de chance de la partager. Quand la douleur est à son comble, je deviens ma douleur. Je suis ma dent qui fait mal, je deviens ma dent qui fait mal, rien d'autre n'existe au monde que ma dent.

Dans: Douleur 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi agissons-nous de manière compulsive ?

9 juin 2021 par jerome lecoq

 

"J'agis donc je suis. Intense besoin d'avancer. Toute requête de suspension ou même ralentir est vaine. Tous ces idiots sur le chemin, perte de temps. Efficacité." (O.B.)

Efficacité

Comment dire du mal de l'efficacité ? La capacité à faire bien les choses en un temps minimal a toujours le vent en poupe. Faire bien les choses voilà qui est bien. Cela permet de réserver du temps pour autre chose. Pour faire bien d'autres choses, encore plus. Mais si on prend du plaisir à ce que l'on fait pourquoi voudrait-on les faire le plus rapidement ? Ah oui parce qu'on ne les fait pas pour le plaisir mais par obligation, elles sont les moyens qui nous permettront d'atteindre notre but.

Un enfant qui joue ne se dépêche pas pour jouer, il ne cherche pas l'efficacité ni l'optimisation. Il fait les choses lentement, il se trompe, recommence, répète, encore et encore. Les enfants veulent qu'on leur relise inlassablement la même histoire, pas une autre, la même. Les enfants sont distraits par un rien et s'intéressent aux choses que nous ne regardons plus depuis longtemps comme les pigeons ou les oiseaux (pour ceux qui restent). Ils voient autre chose que ce que nous voyons dans les choses : ils imaginent, font des liens, ils relient l'histoire à un événement de leur vie actuelle et ils s'expliquent leurs angoisses en les projetant dans les contes.

Dans: Avidité Efficacité Compulsion Aphorismes 

Lire la suite  Commentaires (0)

Les psys découvrent le monde dans l'homme

9 juin 2021 par jerome lecoq

 

Un récent article du Figaro (les psys s'interrogent sur leur rôle) faisait état de la difficulté croissante des psys à traiter l’intrusion dans la sphère intime des duretés de la vie.

Dans: Psychologie 

Lire la suite  Commentaires (0)

What is the meaning of pain ?

4 juin 2021 par jerome lecoq

 

 

We all suffer periodically, from low to high intensity pain, physically or mentally. At its core, pain is a purely physical reaction of our body to a malfunction affecting it, like an alarm signal which tells us that something goes awry with our body. Pain has an overly broad intensity spectrum from slight discomfort to unbearable pain which makes us faint. One thing is for sure: this is our pain, not anybody else's. I have an immediate certitude that the pain is mine, that it belongs to me and there is conversely an impossibility of conveying to the others what our pain feels like. We are stuck with our pain; we are condemned to carry it like a burden with only minor chance of sharing it. When pain is at its peak, I become my pain. I am my tooth ache, I become my aching tooth, nothing else exists in the world except my tooth aching.

Lire la suite  Commentaires (0)

La compétition : émancipation ou aliénation ?

1 juin 2021 par jerome lecoq

 

Exigence et élévation

La compétition peut être définie comme un système dans lequel des individus luttent les uns contre les autres en se mesurant sur des critères objectifs (ou faisant l'objet d'un consensus relatif, celui du domaine de la compétition) ou subjectifs qui les classeront selon leurs performances ou selon l’appréciation de leurs prestations par des “juges”.

L'injonction qui résume ce système est "que le meilleur gagne". La compétition est ainsi sensée produire un classement des meilleurs "candidats" en fonction de critères qui permettent de les sélectionner. La compétition peut être une finalité en elle-même comme dans le sport de haut niveau, son paradigme le plus formalisé, qui produit des champions et des performances ou un moyen de sélectionner des candidats pour des positions sociales, des postes en nombre limité : on sélectionne les meilleurs élèves pour l'entrée aux Grandes Écoles par exemple, ce qui d'ailleurs est une spécificité française (il serait d'ailleurs intéressant de se demander pourquoi) ou encore on sélectionne le "meilleur" candidat pour un poste dans une entreprise ou une administration.

Dans: Compétition 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi nous sommes fascinés par le mal radical ?

27 mai 2021 par jerome lecoq

 

Distance nécessaire

La fascination est le fait pour un individu ou un groupe d’être fortement impressionné par un phénomène ou une personne voire une chose et en même temps d’avoir conscience que ce phénomène lui est radicalement étranger ou inaccessible. La fascination est une forme d'attirance-répulsion et laisse le Sujet passif, comme hypnotisé.

Le fasciné, confère à son objet de fascination une singularité radicale ce qui l'empêche de le penser car penser implique de relier un concept à des catégories générales.

Le contraire de la fascination est l'indifférence, la banalité, la transparence. Dans ce qui nous fascine il y a toujours une part de mystère, d’inexplicable, de caché. Le mal nous fascine à partir du moment où il n'est pas banal.

Dans: Morale Mal 

Lire la suite  Commentaires (0)

En confinement, face à nos peurs existentielles

4 mai 2021 par jerome lecoq

 

Le confinement, en nous privant de la plupart de nos divertissements habituels, nous a mis face à nos peurs les plus fondamentales. Habituellement, pour y échapper, nous avions plusieurs stratégies :

 

- le travail

- les relations sociales avec les collègues, les amis, la famille

- les voyages

- le shopping

- les discussions au café et les liens sociaux dans les endroits de convivialité

- la culture avec le cinéma, le théâtre et les concerts de musique

- le sport

Dans: Peur Travail Confinement 

Lire la suite  Commentaires (0)

La contrainte nous libère-t-elle ?

8 avril 2021 par jerome lecoq

 

Intuitivement cette question nous interpelle, voire serait de nature à provoquer une "dissonance cognitive". La contrainte en effet est un empêchement à faire ce que je veux et "faire ce que je veux" pour le sens commun, c'est être libre. Mais regardons-y de plus près. Être libre, est-ce faire ce que je veux ? Tout le problème réside dans ce "je veux". Qu'est-ce qu'en effet dire "je veux" ?

Volonté

1 - Est-ce la manifestation d'un besoin comme lorsqu'on dit "je veux manger" ? Mais si c'est un besoin c'est quelque chose qui s'impose à moi, c'est une nécessité, donc le “je veux” serait quelque peu contradictoire. Il serait plus vrai de dire "mon corps me signale que je dois manger".

2 - Est-ce la manifestation d'un désir ? Si c'est le cas, nous pouvons nous rappeler la définition du désir selon Platon comme étant un manque, donc un défaut, une absence. Or quand on est "en manque", on est plus passif qu’actif, plus mû par notre besoin qu’activement désirant. Encore une fois il semble que la notion de désir porte déjà en elle la notion d'aliénation, contradictoire avec celle d’une volonté “libre et éclairée”.

 

Dans: Travail Contrainte Liberté 

Lire la suite  Commentaires (0)

Qu'est-ce que l'égoïsme ?

15 mars 2021 par jerome lecoq

Subjectivisme et objectivisme

L'égoïsme est une force, souvent irrésistible et inconsciente d'ailleurs ce qui est bien un des problèmes, qui nous pousse à orienter nos pensées nos actions et nos attitudes avant tout vers la satisfaction de notre intérêt personnel. Intuitivement nous pensons que le contraire de l'égoïsme c'est l'altruisme, l'intérêt porté au contraire vers autrui. Mais autant il n'est pas très difficile d'identifier des personnes égoïstes autant l’altruisme est suspect de n’être qu’une attitude de façade. L’altruiste est suspect parce qu’il trouve une forme de plaisir et de reconnaissance à son altruisme, ce qui en fait en fin de compte également un égoïste par destination pourrait-on dire. En effet on voit beaucoup de personnes qui s'occupent d'autrui soit parce qu'elles se sentent seules et veulent de la compagnie, ou bien parce qu'elles veulent se faire aimer ou reconnaitre comme altruiste (qui est une vertu socialement valorisée en général), ou encore parce qu'elles espèrent en retirer une forme de reconnaissance politique afin d'obtenir des suffrages par exemple.

Il existe cependant des personnes qui ressentent une joie authentique à se soucier des autres alors qu'elles n'espèrent pas en retirer de gratification particulière, y compris par la personne objet de leur sollicitude. En général elles le font de manière anonyme et désintéressée. On peut trouver notamment ces personnes chez les catholiques pratiquants pour qui la charité est un précepte très fort.

Dans: Avidité Egoïsme 

Lire la suite  Commentaires (0)

A-t-on raison d'avoir honte ?

11 février 2021 par jerome lecoq

 

Il est toujours difficile de dire si on a "raison" ou pas d'avoir un sentiment ou une émotion dans la mesure où la plupart du temps une émotion "nous vient" ou "nous traverse" sans que notre volonté n'ait rien à y faire.

La honte est une émotion complexe probablement plus primaire et archaïque que la culpabilité qui suppose un système moral déjà bien intégré. En général pourquoi avons-nous honte ?

Peur du regard d'autrui

Nous avons honte parce que nous sommes exposés au regard d'autrui en train de faire une action que celui-ci pourrait réprouver, comme par exemple de fouiller dans le sac de quelqu'un dans un vestiaire. La honte vient de manière fulgurante et prend tout notre être. Sartre disait qu'elle exprimait le désir symbolique de disparaitre du monde, d'être soustrait au regard d'autrui. C'est la raison pour laquelle l'invisibilité a toujours été un super-pouvoir nourrissant de nombreux fantasmes dans la littérature de fiction depuis l’Antiquité avec l’anneau de Gygès. Celui qui est invisible ne peut avoir honte car personne ne le voit.

Dans: Dédain Honte 

Lire la suite  Commentaires (1)

21 nuances de mensonge (Partie II)

9 février 2021 par jerome lecoq

 

11- Le mythe

Nous avons tous en tête des histoires collectives ou individuelles que nous aimons nous raconter afin de nous procurer une identité. Ce mythe est le résultat d'un polissage avec le temps qui a fait qu'il possède différentes versions selon l'effet que l'on recherche à obtenir sur nous-mêmes ou les autres.

Ce mythe sert en général de consolation, de justification ou de diversion à notre existence. Il vient illustrer de manière tout à fait opportune l'image que nous voulons renvoyer de nous-même, même s'il contient un corpus factuel à l'origine. Avec le temps, les apports et aménagements viennent se sédimenter afin de s'adapter aux circonstances et à l'auditoire et il devient difficile d'en retracer la genèse véritable. Ainsi on peut dire que toute réalité relève d'une fabrication chez l'homme : la différence tient au degré de crédibilité que le Sujet accord à tous ces mythes.

Dans: Morale Oubli Mensonge 

Lire la suite  Commentaires (0)

21 nuances de mensonge (Partie I)

2 février 2021 par jerome lecoq

 

1 - La mauvaise foi

Une des formes les plus courantes du mensonge, la mauvaise foi est un mensonge conscient ou semi-conscient qui consiste à éviter, travestir, déformer ou nier la vérité. Elle survient lorsqu'un jugement nous est désagréable, lorsque notre opinion est menacée ou lorsque quelque chose nous inspire le dégout, la honte, l'irritation ou la tristesse. Elle va de pair avec une forme d'entêtement et peut confiner à l'absurde lorsque tout le monde, y compris le menteur, que ce qu'il dit est notoirement faux. Chez Sartre elle est le signe de celui qui prétend ne pas être libre par exemple chez le garçon de café ou le bon élève qui prétendent faire corps avec ce qui n'est qu'une fonction. A noter que la victimisation est une forme très à la mode de la mauvaise foi car c’est une manière assez puissante d’éluder à moindres frais sa responsabilité dans une action aux conséquences négatives.

Dans: Oubli Déni Mensonge 

Lire la suite  Commentaires (1)

10 raisons pour lesquelles nous voulons être des victimes

29 janvier 2021 par jerome lecoq

 

Une victime est une personne qui a subi un dommage physique, psychologique, ou les deux à la fois, d'une autre personne ou d'une situation externe ou interne (maladie par exemple) et qui objectivement n'avait pas les moyens d'éviter ce dommage. Il ne s'agit pas ici de discuter du fait d'être une victime, objectivement ou non, ce qui poserait la question du consentement notamment pour les victimes d'abus d'autrui. Il est évident que personne n'a envie d'être une réelle victime d'un accident de voiture, d'un viol ou d'une chute de cheval.

Nous le voyons à travers le phénomène de l'antiracisme, des gilets jaunes, du mouvement « me too », des citoyens victimes des restrictions gouvernementales. Nous sommes tous victimes de quelqu'un ou quelque chose.

Légitime ou pas, ce phénomène est intéressant parce que se poser en victime révèle ce que nous désirons et ce que nous sommes

 

Dans: Psychologie Victime 

Lire la suite  Commentaires (0)

10 raisons pour lesquelles nous mentons

26 janvier 2021 par jerome lecoq

 

1 - Autodéfense

Nous mentons par peur d'être confondus, d'être pris en flagrant délit de faute, de transgression. Il y a souvent une honte qui nous pousse à mentir de manière purement réactionnelle et automatique par instinct de survie, de protection de notre image, de notre intégrité sociale ou de notre honneur pour les personnes particulièrement fières. Les enfants le font très fréquemment lorsqu'ils savent qu'ils ont enfreint une règle des adultes, que ce soit à l'école, en famille ou dans la société en général.

Dans: Rigidité Avidité Peur Vérité Déni Psychologie Compétition Honte Mensonge 

Lire la suite  Commentaires (0)

L'insatisfait

12 janvier 2021 par jerome lecoq

 

 Par Oscar Brenifier.

Certaines personnes souffrent d’insatisfaction chronique. Rien ne peut les satisfaire. A la fois elles aspirent fortement à la plénitude, à être comblées, et cela leur est impossible, ce qui reste assez cohérent. Car la mesure de leur espérance, de leur attente, détermine l’ampleur de leur déception, de leur désespoir. Les gens, le monde, la réalité, mais surtout eux-mêmes, bien que très souvent ils ne soient pas conscients du phénomène qui les habite, ne sauraient être à la hauteur de leurs expectatives. 

Dans: Avidité Culpabilité Tristesse Reconnaissance Psychologie Perfection Insatisfaction 

Lire la suite  Commentaires (1)

Est-il possible de ne rien attendre des autres ?

11 janvier 2021 par jerome lecoq

 

NON

1 - Reconnaissance

Non des autres j'attends toujours au minimum qu'ils me reconnaissent, qu'ils attestent de mon existence en me reconnaissant comme une autre conscience. Car c'est à travers le regard d'autrui que je prends conscience de moi-même.

2- Respect

Non nous attendons des autres qu'ils nous donnent à priori la dignité de notre existence, qu'ils respectent la loi et notamment celle de ne pas nous agresser ou nous insulter, de ne pas empiéter sur notre liberté, de ne pas nous opprimer.

Dans: Tristesse Promesse Insatisfaction Attentes 

Lire la suite  Commentaires (0)

Faut-il écouter ses désirs ?

6 janvier 2021 par jerome lecoq

 

Nous sommes des êtres désirants pensait Spinoza. La moindre des choses que nous désirions est de persévérer dans notre être, de développer notre puissance d’exister Mais voilà : notre puissance est limitée par la réalité, celle-ci vient faire obstacle à nos désirs, car ces derniers sont infinis tandis ce que notre pouvoir d’action sur la réalité est limité. Je ne peux pas être à deux endroits en même temps par exemple, ni faire en sorte que quelqu’un m’aime, ni voler ou être invisible.

Dans: Avidité Peur Sagesse Volonté Désirs 

Lire la suite  Commentaires (1)

21 raisons pour lesquelles le dialogue est si difficile

22 décembre 2020 par jerome lecoq

 

Définissons le dialogue : c'est un échange authentique entre deux consciences, ponctué de questions, de réponses et d'idées argumentées, qui n'exclut pas la critique. Un dialogue a pour but d'obtenir une meilleure compréhension de soi-même et d'autrui et implique une certaine confrontation dans l'ouverture à autrui.

Dans: Croyances et Préjugés Rigidité Obstacles à la pensée Engagement Connaissance Dialogue Insatisfaction Attentes 

Lire la suite  Commentaires (2)

Le négatif peut-il être positif ?

20 décembre 2020 par jerome lecoq

 

On peut définir le négatif selon plusieurs registres.


Premièrement, dans le registre cognitif, le négatif prendra les formes suivantes : ignorance, contradiction, fausseté, confusion ou inadéquation.

Deuxièmement dans le registre psychologique on trouvera touts les émotions dites "négatives" car désagréables. Nous y trouverons donc : la peur, le dégout, la colère et la tristesse, sous toutes leurs formes nuancées.

Dans: Croyances et Préjugés Tristesse Négatif 

Lire la suite  Commentaires (1)