Articles - Inquiétude

Penser, est-ce s'inquiéter ?

16 décembre 2020 par jerome lecoq

 

Quand on voit les injonctions du développement personnel ou de la méditation pour "arrêter de penser" on découvre que pour de nombreuses personnes, penser signifie en fait s'inquiéter, se poser plein de questions et tourner en rond ou, dit de manière plus vulgaire "se prendre la tête". Or ceci est une manière de céder à la crainte en remplissant notre espace mental avec des idées souvent impuissantes car ni fondées objectivement ni solidement construites.

Pourtant penser, dans la tradition notamment socratique et celle de la pratique philosophique, est au contraire une activité qui, tout en étant active car exigeante et productive, procure des plaisirs subtils : prendre de la distance avec ses émotions, purifier nos connaissances, comprendre soi-même et autrui, construire et se lancer dans des hypothèses, trouver des concepts et poser des questions puissantes et porteuses.

Dans: Perfection Insatisfaction Inquiétude 

Lire la suite  Commentaires (2)

S'inquiéter de ses croyances

11 décembre 2019 par jerome lecoq

 

"Ils se soucient de leur ignorance et de leurs incertitudes. Leurs savoirs et leurs croyances devraient les inquiéter." (O.B.) 

 

Débusquer ses croyances infondées

Effectivement ce que nous tenons pour vrai à tort est plus dangereux que ce que nous ignorons, que cette ignorance soit partielle ou totale (ce dernier cas étant le pire car nous ignorons même le fait que nous ignorons).

Si en effet nous pensons savoir quelque chose, si donc nous la croyons à tort, nous agirons comme si cette chose était un fait, nous lui ferons confiance et notre action ne sera un succès que de manière accidentelle mais plus certainement un échec, voire une catastrophe. Le commandant du Titanic croyait qu'il ne rencontrerait pas d'icebergs dans la zone de l'Atlantique qu'il choisit de pénétrer pour accélérer son trajet : sa croyance eut des conséquences fatales.

Je sais que je mourrai un jour et je crois que cela ne changera pas la face du monde. Je me soucie de l'incertitude de mon avenir matériel prochain. Est-ce que je devrais plutôt m’inquiéter de mon “savoir” à propos de ma mort ? Après tout peut-être que je ne mourrai jamais ? D'ailleurs les mots que j'écris je vais les publier, ils seront archivés, ils seront peut être retrouvés dans 10 000 ans par un archéologue qui pourra témoigner que des philosophes-praticiens ont existé à Paris en 2019 et écrivaient. D'une certaine manière je ne mourrai jamais puisque d'autres gens pourront reparcourir ma pensée, c'est en tous cas possible donc ma mort n'est pas une certitude dans tous les sens du terme même si elle l'est au sens physique. 

En me posant ces questions que d'aucuns jugeront vaines ou présomptueuses je me suis interrogé sur la trace d'une pensée et sa survivance dans l'esprit collectif, ce que je n'avais pas l'intention de faire au moment de commencer cet article.

Mon écriture, mon attention vers quelque chose que je trouvais sans intérêt car banal et certain, toujours vrai, m'a permis de penser quelque chose de nouveau, une nouveauté relative mais une nouveauté quand même. Si je m'étais plutôt inquiété de ce que je ne savais pas, par exemple si j'avais recherché des informations sur Internet concernant la circulation des trains ce dimanche où j'organise un séminaire, j'aurais pu faire de nouvelles conjectures, évaluer les risques que des participants annulent leur venue, me demander comment les gens allaient venir en cas de persistance de la grève mais je n'aurais pas découvert de nouvelle idée intéressantes.

Dans: Croyances et Préjugés Inquiétude Aphorismes 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi voulons-nous être rassurés ?

24 juillet 2018 par jerome lecoq

 

Se rassurer par les autres

En général quand on veut être rassuré c'est que l'on a peur de quelque chose. Les enfants ont peur du noir car ils s'imaginent que quelque monstre va en surgir et ils demandent à leurs parents de les rassurer. Ceux-ci en général de manière rationnelle leur expliquent que les monstres n'existent pas et par leur attitude, tendre, bienveillante et rassurante, font taire momentanément leur peur. Il s'agit ici d'une peur irrationnelle puisque son objet est irréel, fantasmé, inventé par l'imagination fertile des petits.

Dans: Culpabilité Peur Inquiétude 

Lire la suite  Commentaires (4)

Pour bien penser arrêtons de penser

18 juillet 2016 par jerome lecoq

 

Je suis philosophe-praticien et mon métier est d'apprendre aux gens à mieux penser et se penser seul et en groupe. Or ce qui empêche le plus souvent les gens de penser c'est qu'ils ont trop de choses qui leur passent par la tête, cela se “bouscule au portillon”. Ils ont l'impression d'avoir plein d'idées mais aucune n'est claire, donc aucune n'est vraie pour reprendre Spinoza. Pour les aider il faut que je canalise leur pensée en leur demandant par exemple de ne répondre à ma question que par un seul mot, un concept unique. L'exercice leur parait insurmontable, terriblement réducteur car ils ne savent pas quel mot choisir. Alors je leur demande de prendre n'importe lequel et de commencer avec cela. Le choix que je les pousse à opérer a pour effet de "vectoriser" leur pensée et d'avancer dans une hypothèse, aussi improbable soit-elle.

Quand je leur explique que c'est justement quand il y a de la certitude qu'il n'y a plus de pensée, ils sont surpris. Evidemment puisque le modèle qu'ils ont en tête est celui du bon élève à la française qui veut faire plaisir au professeur et veut avoir les bonnes notes

Dans: Le pari de la pensée Obstacles à la pensée Inquiétude 

Lire la suite  Commentaires (3)