Articles - Penser et plaisir

A quoi sommes-nous occupés ?

6 juillet 2021 par jerome lecoq

 

Cela ne suffit pas d'être occupé : les fourmis aussi sont occupées. La vraie question est "à quoi sommes-nous occupés ?".

C'est parce qu'il regrettait de passer sa vie à des occupations qui lui paraissaient vaines que Thoreau a vécu deux ans seul dans une cabane au bord d'un lac dans le New Jersey au milieu du 19ème siècle. Il déplorait déjà que la majorité de ses concitoyens "perdent leur vie à la gagner" comme le disait le slogan de 68. Alors il mit en application ses préceptes et nous livre son expérience à travers un livre, Walden.

Dans: Accumulation Penser et plaisir Avidité Attention 

Lire la suite  Commentaires (1)

Sommes-nous obsédés par les résultats ?

19 décembre 2020 par jerome lecoq

 

OUI

1 - Oui parce que nous faisons en général les choses pour qu'elles soient utiles. Par exemple je lis un livre parce que je veux des conseils pour mieux organiser mon temps. Si je ne trouve rien d'utile je vais commencer à craindre de perdre mon temps à lire ce livre et la crainte va m’obséder sur le fait de trouver quelque chose d’utile.

Concept : crainte, utilité.

Dans: Penser et plaisir Obstacles à la pensée Efficacité Résultats 

Lire la suite  Commentaires (0)

Peut-on prendre du plaisir à penser ?

4 novembre 2019 par jerome lecoq

 

Lutter

Je ne parle pas du plaisir que l'on peut avoir à lire un livre ou à écouter un discours d'un brillant professeur. Je parle du plaisir pris à exercer sa réflexion de manière active et qui inclut le fait de penser sur soi-même également, dans le cadre d’un dialogue ou en écrivant.

Cette question pose problème car au premier abord penser est un effort : penser c'est en effet lutter.

Lutter contre sa propre paresse intellectuelle d’abord, qui nous pousse à passer rapidement sur ce que nous ne comprenons pas ou nous pose problème, à chercher des réponses toutes faites à travers des figures d'autorité telles que les grands auteurs, les leaders d'opinion, les intellectuels en tous genre, à nous déclarer inaptes à la pensée et à laisser ce travail à des professionnels comme les philosophes. La pensée est chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls philosophes.

Dans: Penser et plaisir 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi faut-il penser pendant les vacances ?

27 décembre 2017 par jerome lecoq

 

Penser n'est pas être préocuppé

Les vacances sont un moment propice au repos, aux activités purement récréatives de détente, que cela soit un sport, la promenade, jouer avec ses enfants ou encore lire un roman. Les vacances sont là pour provoquer une rupture dans la suite de routines contraignantes de la vie quotidienne citadine qui s’appuie sur le triptyque travail-famille-amis. Dans ce quotidien la plupart prétendra “trop penser” et les vacances seront alors l’occasion de “ne plus penser”. Or quand les gens disent qu’ils “pensent tout le temps” ou “pensent trop”, ils confondent en fait penser en tant qu’activité libre mais néanmoins rigoureuse de la réflexion sur le monde et soi-même, (ce que nous pourrions également qualifier de “philosopher”) et être préoccupé. Etre préoccupé c'est se soucier en permanence de ce que nous avons à faire : tel rapport à rendre à notre chef, tel cadeau à acheter pour Noel, tel rendez-vous à prendre avec un client ou avec le dentiste, faire faire les devoirs aux enfants, préparer cette présentation power point pour la prochaine réunion de service, faire sa comptabilité...c'est une liste sans fin de tâches quotidiennes et pratiques qui contribuent à nous engluer dans le présent aussi bien qu’à nous rassurer sur notre utilité, notre valeur pour autrui, notre appartenance au monde.

Or quand les gens disent qu’ils “pensent tout le temps” ils confondent en fait penser en tant qu’activité libre mais néanmoins rigoureuse de la réflexion et être préoccupé

Dans: Penser et plaisir Obstacles à la pensée Vacances 

Lire la suite  Commentaires (0)

La raison peut-elle séduire ?

29 novembre 2017 par jerome lecoq

 

Séduire pour inviter au dialogue

Difficile alliance au premier abord : la raison est difficile, implacable, abrupte souvent, ses règles sont logiques et impersonnelles, ses arguments objectifs et tranchants. Même si elle est la chose la mieux partagée au monde et que nous ne pouvons nous en passer elle demeure opposée au coeur, à la passion, à la spontanéité.

Séduire, plaire c'est non pas s'adresser à la raison d'autrui mais à ses goûts, à ses penchants naturels, à ce qu'il fait justement sans avoir besoin d'y réfléchir. Socrate s'adressait à la raison de chacun. Mais avant d'y parvenir il usait souvent de stratagèmes pour plaire à ses interlocuteurs : en effet pour faire réfléchir quelqu'un faut-il avant tout l'inviter au dialogue, le mettre en confiance. Car avant de raisonner bien souvent l'être humain ressent, perçoit, voit : il sent d'instinct s'il a affaire à un ami ou un ennemi. On se sert la main en société avant tout pour montrer qu'on ne vient pas avec des armes ce qui en dit long sur la prétendue sociabilité des humains. La méfiance me semble plus naturelle que la confiance chez l'être humain. C'est pourquoi Socrate qui a souvent affaire à des notables essaie d'abord de leur plaire.

Dans: Penser et plaisir 

Lire la suite  Commentaires (1)

Pourquoi penser n'est ni discuter ni échanger des opinions ?

30 novembre 2016 par jerome lecoq

 

Penser, pour le sens commun, c'est réfléchir, c'est-à-dire penser à quelque chose, c'est se parler mentalement en posant un objet de réflexion. Pour la plupart d'entre nous c'est produire une opinion en réponse à la question "Que penses-tu de cela ?". Dans cette question on entendra souvent "Es-tu d'accord avec cette opinion ou pas ? et pourquoi ?"

Avec le "pourquoi" la question se complique déjà un peu 

Dans: Penser et plaisir Le pari de la pensée Dialogue Questionnement 

Lire la suite  Commentaires (0)

Penser c'est se réconcilier

19 juillet 2016 par jerome lecoq

Ce que demande aux élèves le professeur de philosophie, c’est de « penser par eux-mêmes ». Ce que demande le "philosophe-praticien" aux "clients" c’est de penser sur eux-mêmes par eux-mêmes. Réfléchir à un sujet général tout en s’incluant dans cette réflexion et en se prenant comme premier objet d’étude, comme le faisait Montaigne. Sauf que Montaigne ne trouvait en lui qu’inconstances et « branlance » quand nous cherchons une cohérence de l’être. Et nous la trouvons assez facilement.

L’idée que tout ce que nous faisons, disons et pensons s’inscrit dans un schéma cohérent peut à la fois faire peur et rassurer

 

Dans: Penser et plaisir Philosophie Acceptation Consultation philosophique 

Lire la suite  Commentaires (2)

Ecouter c'est bien, questionner c'est mieux

19 juillet 2016 par jerome lecoq

J'entends souvent dire, et j'écoute, que l'écoute est ce qu'il y a de plus important dans la communication. Je rencontre fréquemment des gens qui se disent à l'écoute, comme des DRH ou des coachs. Mais l'écoute n'exclut pas que l'on ait une attente. Il ne s'agit pas d'écouter pour écouter, comme lorsque vous écoutez quelqu'un qui vient vous raconter ses états d’âme ou ses peines de cœur. On dit qu'écouter fait du bien à autrui car il peut s'épancher, s'exprimer et cela le soulage. Soit.

Le questionneur n'est en général pas très exigeant et se contente d'un vague lien conceptuel avec sa question.

Dans: Penser et plaisir Jugement Dialogue Questionnement 

Lire la suite  Commentaires (2)