Articles - Peur

A -t-on peur du succès ou de l'échec ?

8 juillet 2021 par jerome lecoq

 

 

A première vue la réponse semble bien tranchée. Évidemment la plupart d'entre nous craint l'échec puisque nous investissons du temps, des efforts, des espoirs (et par conséquent la crainte qui s'y niche déjà) dans un projet. Cet investissement fait que nous nous confondons avec ce projet. Ce peut-être un projet de création d'une entreprise, d'acquisition d'un diplôme, de réussite à un examen ou à un concours, d'éducation d'enfant ou même de procréation (puisqu'aujourd'hui les parents qui ne peuvent avoir d'enfants par les voies naturelles peuvent néanmoins en faire un projet à l'aide de techniques de PMA), de vie de couple, de carrière professionnelle évidemment, de production d'une œuvre artistique ou intellectuelle.

Il y en fait autant de modalités d'échec qu'il y en a de faire des projets au cours de notre existence. Celui qui s'investit pleinement dans des projets fera nécessairement face à des échecs au cours de son existence. 

Dans: Peur 

Lire la suite  Commentaires (0)

En confinement, face à nos peurs existentielles

4 mai 2021 par jerome lecoq

 

Le confinement, en nous privant de la plupart de nos divertissements habituels, nous a mis face à nos peurs les plus fondamentales. Habituellement, pour y échapper, nous avions plusieurs stratégies :

 

- le travail

- les relations sociales avec les collègues, les amis, la famille

- les voyages

- le shopping

- les discussions au café et les liens sociaux dans les endroits de convivialité

- la culture avec le cinéma, le théâtre et les concerts de musique

- le sport

Dans: Peur Travail Confinement 

Lire la suite  Commentaires (0)

10 raisons pour lesquelles nous mentons

26 janvier 2021 par jerome lecoq

 

1 - Autodéfense

Nous mentons par peur d'être confondus, d'être pris en flagrant délit de faute, de transgression. Il y a souvent une honte qui nous pousse à mentir de manière purement réactionnelle et automatique par instinct de survie, de protection de notre image, de notre intégrité sociale ou de notre honneur pour les personnes particulièrement fières. Les enfants le font très fréquemment lorsqu'ils savent qu'ils ont enfreint une règle des adultes, que ce soit à l'école, en famille ou dans la société en général.

Dans: Rigidité Avidité Peur Vérité Déni Psychologie Compétition Honte Mensonge 

Lire la suite  Commentaires (0)

Faut-il écouter ses désirs ?

6 janvier 2021 par jerome lecoq

 

Nous sommes des êtres désirants pensait Spinoza. La moindre des choses que nous désirions est de persévérer dans notre être, de développer notre puissance d’exister Mais voilà : notre puissance est limitée par la réalité, celle-ci vient faire obstacle à nos désirs, car ces derniers sont infinis tandis ce que notre pouvoir d’action sur la réalité est limité. Je ne peux pas être à deux endroits en même temps par exemple, ni faire en sorte que quelqu’un m’aime, ni voler ou être invisible.

Dans: Avidité Peur Sagesse Volonté Désirs 

Lire la suite  Commentaires (1)

15 raisons pour lesquelles nous aimons nos obligations

6 novembre 2020 par jerome lecoq

 

Il parait paradoxal de dire que nous "aimons" nos obligations puisque par définition une obligation est une chose que nous faisons en dépit de notre désir, de notre liberté, donc en général de notre plaisir. Pourtant, à y regarder de plus près, nous pouvons aussi aimer "être obligés" pour ces raisons que je vais ici énumérer.

 

1 - Parce que les obligations nous dispensent de choisir. Nous nous soumettons par "servitude volontaire" comme disait La Boétie à une obligation, ce qui nous dispense de choisir. Or choisir c'est aussi renoncer et par conséquent limiter notre désir de "tout faire", notre avidité naturelle.

Concept : avidité

 

2 - Nos obligations sont souvent de petites tâches que nous faisons de manière répétitive et qui peuvent nous donner une satisfaction relativement rapide dans la mesure où leur difficulté n'est pas importante. Par exemple on est satisfait de la propreté de la cuisine après l'avoir lavée, on a l'esprit plus tranquille.

Concept : satisfaction

 

3 - Parce qu'elles constituent une routine et que la routine cela rassure les personnes qui craignent ou n'aiment pas le changement.

Concept : réassurance

 

Dans: Peur Contrainte Obligations 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi avons-nous des secrets ?

22 août 2019 par jerome lecoq

 

Un secret est la connaissance d'une action, d'une pensée ou d'une parole, prononcée ou faite pour nous-mêmes ou autrui, que nous voulons cacher à autrui. Le secret a toujours une fonction de protection : par le secret, nous nous protégeons nous-même ou autrui du jugement moral ou des conséquences concrètes et néfastes que la révélation du secret aura.

Protéger son image ou celle d’autrui

Nous pouvons vouloir garder le secret pour quatre raisons principales :

La première est par culpabilité ou honte de la pensée ou de l'action secrète. C’est un secret dans la relation à moi-même et à l’image que je veux donner de moi : je garde le secret pour me protéger de la condamnation morale par mon prochain.

C'est par exemple le fait d'avoir eu des pensées envieuses pour la femme d'un ami ou d'avoir commis une action répréhensible comme de voler dans la caisse d'un magasin ou dans le portefeuille de ses parents. Parfois le secret est lourd à porter et la culpabilité nous ronge tellement que nous nous sentons obligés, afin de nous libérer du poids du secret, de le confier à un tiers de confiance, ou encore mieux à un étranger dont nous savons qu'il n'a aucun enjeu personnel avec nous. C'est dans la religion catholique d'ailleurs la fonction de la confession de faire en sorte que le confessé soulage sa conscience auprès du confesseur, généralement un prêtre. D’aucuns prétendent d’ailleurs que la psychothérapie présente la version séculière moderne de la confession religieuse.

Porter un secret est lourd et cela mobilise nos forces mentales tant la tentation est grande d'en partager le fardeau : livrer un secret c'est effectivement prendre le risque de se faire condamner mais aussi celui de se faire comprendre et donc aussi accepter et excuser d’une certaine manière. Comprendre quelqu’un serait ainsi l’excuser pour son humanité.[1]

Dans: Culpabilité Peur Secret Honte Fragilité 

Lire la suite  Commentaires (1)

La peur la rend lucide

15 février 2019 par jerome lecoq

 

 

"Lucidité

Sa peur la rend lucide. Elle leur parle. Mais la peur de la peur les empêche d’écouter." (O. Brenifier)

 

Quelqu'un qui a peur montre sa peur, il la communique à autrui, même s'il ne laisse pas sa peur prendre possession de lui. Celui qui a peur mobilise toutes ses ressources cognitives afin d'échapper au danger réel ou imaginaire. Quand nous faisons face à quelqu’un qui a peur cela influe sur notre imagination, faisant ressortir nos propres peurs enfouies. La peur, comme le rire, est communicative et très vite elle peut se muer en son extrême, la panique. La peur se sent, comme une odeur.

 

Dans: Obstacles à la pensée Faiblesse Peur Aphorismes 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi voulons-nous être rassurés ?

24 juillet 2018 par jerome lecoq

 

Se rassurer par les autres

En général quand on veut être rassuré c'est que l'on a peur de quelque chose. Les enfants ont peur du noir car ils s'imaginent que quelque monstre va en surgir et ils demandent à leurs parents de les rassurer. Ceux-ci en général de manière rationnelle leur expliquent que les monstres n'existent pas et par leur attitude, tendre, bienveillante et rassurante, font taire momentanément leur peur. Il s'agit ici d'une peur irrationnelle puisque son objet est irréel, fantasmé, inventé par l'imagination fertile des petits.

Dans: Culpabilité Peur Inquiétude 

Lire la suite  Commentaires (3)

Pourquoi questionner fait peur

7 février 2018 par jerome lecoq

 

Le questionnement peut facilement être considéré comme une menace, car on pourrait vouloir préserver la mystérieuse intériorité où se trouve le sacré. En protégeant cette intimité, on a l'impression de ne pas l'épuiser, de ne pas la souiller en la soumettant à l'exposition de la conscience, aux yeux des autres et de soi-même. Par conséquent, le questionnement est considéré comme mauvais et même sacrilège. Le questionnement des idées est souvent considéré au mieux comme un exercice formel. Au pire comme une activité corruptrice. Il se trouve une compréhension tacite supposée, au-delà des mots, et les mots ne peuvent qu’atteindre superficiellement ce lien. L'horizon d'une telle perspective relationnelle est l'idée que la véritable unité peut supporter le silence, et même que dans le silence, elle trouvera sa véritable existence. Les mots ne sont que des mots, ils ne sont que des sons et des illusions. Comment pourrait-on prendre au sérieux tout type de questionnement ? On s'irritera même à l'idée que cet échange verbal ou cette quête aurait un sens réel, qu'il serait pris au sérieux. Le dialogue peut ainsi être considéré comme une menace pour l'intimité, gâchant le véritable contact mystique : la fusion des âmes. Les mots risquent de provoquer le désaccord, l'incompréhension, l'aliénation. Or la simple présence de deux corps ou de deux âmes ne laisse aucune aspérité, ne crée aucune friction. Cela donne un sentiment de paix intérieure et de fusion. Nous sommes au-delà de toute différence, nous sommes dans la coïncidence des contraires, dans la fusion des différences. Le dialogue verbal implique une séparation, une distance, à la fois physique et psychologique. On ne peut pas dialoguer en étreignant l'autre, en le touchant et bien sûr en l'embrassant.

Dans: Peur Identité Incertitude Honte 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi la philosophie fait-elle peur ?

2 octobre 2017 par jerome lecoq

De mauvais souvenirs de l’école

La réaction initiale lorsque je propose à quelqu'un de participer à un atelier de pratique philosophique est : "ce n’est pas pour moi je n’aimais déjà pas la philo au lycée". La philosophie impressionne, elle vous regarde de haut. Pourquoi ?

Premièrement probablement par sa difficulté. Les textes auxquels nous avons été confrontés au lycée ont pu nous paraître inabordables, abrupts, abstraits et obscurs. Un texte philosophique ne se laisse en général pas saisir à la première lecture. Lorsque vous entendez le mot “philosophie” c’est comme si du même coup vous toisaient du regard, du haut de leur piédestal, Kant, Platon, Aristote, Descartes, Spinoza et Sartre et qu’ils vous demandaient de surcroît : “qui es-tu toi pour prétendre penser avec nous ?” C’est un peu comme de se comparer à Michael Phelps* alors que vous débutez la natation : il y a de quoi se décourager et passer à autre chose.

 

Dans: Peur Philosophie 

Lire la suite  Commentaires (0)

Pourquoi ne veut-on pas être compris ?

19 juillet 2016 par jerome lecoq

Connaissez-vous beaucoup de gens qui vous disent : "moi je suis facile à comprendre, je ne suis pas compliqué" ? Moi j'en connais très peu.

J'en rencontre beaucoup en revanche qui se font une fierté de n'être compris par personne et peut-être même pas par eux-mêmes.

Pourquoi ?

Dans: Obstacles à la pensée Peur Explication Perfection Complication 

Lire la suite  Commentaires (0)