top of page

Ne pas nier la force de la nature en nous





"Il ne s'avouait rien à lui-même, ni sa jalousie, ni son ressentiment, ni sa frustration. Il niait la nature. Il ignorait le sens, de ces courtes et violentes éruptions, que malgré lui il s'autorisait. Rares éclairs d'une passion maladive et bien cadenassée." (O.B.)

 

Y a-t-il une nature des passions qui sourd en nous ? Devons-nous ignorer, faire taire nos sentiments, nos émotions, nos passions, tristes le plus souvent ou bien faut-il se les avouer à soi-même et aux autres ?

Pour celui qui se veut fort, fier et puissant, avouer ses frustrations et ses ressentiments est une épreuve de se voir faible, petit, mesquin, corruptible, dépendant. Or comme on le sait bien, "chassez le naturel et il revient au galop" : nier cette nature c'est se prétendre surnaturel, divin, au-dessus des hommes, race supérieure. Les Dieux grecs punissaient cette faute du nom d’hybris. Les Dieux non plus d’ailleurs n’étaient pas exempts de passion ce qui les rendait proche des hommes.

Mais s'autoriser ces moments de violence, ces éruptions c'est aussi accepter qu'elles déteignent sur notre environnement, qu'elles fassent du mal aux autres et que ceux-ci en pâtissent. C'est une attitude profondément égocentrique au fond, assez irresponsable. Parler de ses sentiments n'est certes pas facile pour celui qui se veut fort : c'est admettre son impuissance à dompter les forces de la nature. Alors Il préserve son image au prix d’un fort refoulement de ses émotions. S’il acceptait sa faiblesse, il se montrerait certes vulnérable mais plus proche des autres, plus humain et plus généreux. Cela serait le vrai courage

30 vues

Kommentare

Mit 0 von 5 Sternen bewertet.
Noch keine Ratings

Rating hinzufügen
bottom of page